Lettre Culture

Lettre d'information du réseau culture N° 213 - 16/06/2009 - Tous les articles

Lettre d'information du réseau culture
Téléchargez le N° 213 - Archives - Vous abonner

Edito - Les relations entre la MJC et la commune (16/06/2009)

J'assistais samedi à une rencontre avec des présidents de MJC sur la question des relations entre celles-ci et les communes. Les MJC s'inscrivent dans une histoire longue, défendent des valeurs, et ne souhaitent pas être réduites à de seules structures de loisirs. La vie associative est revendiquée mais « c'est dur d'être libres ».

Leurs relations avec leur communes sont diverses, souvent ambiguës. Certains se sentent isolés, pas suffisamment financés ni assez associés par la commune. D'autres au contraire se sentent corsetés  dans une série de conventions, noyautés, ou encore vivent mal les moyens de plus en plus « fléchés », voire une municipalisation rampante de tout ou partie des services.

Deux sortes de contraintes régissent ces relations :

- des contraintes juridiques : le statut des élus politiques n'est pas le même que celui des élus associatifs, même s'il peut y avoir des ressemblances dans leur fonctionnement. Les relations passent par des conventions et de l'évaluation, nécessitant de la transparence de part et d'autre.

- des contraintes politiques : le risque d'instrumentalisation (quand l'élu rentre trop dans les détails) ; la professionnalisation (on considère que les MJC doivent être gérées comme des entreprises) ; le mille-feuilles des dispositifs existants (contrats enfance-jeunesse, etc.) ; la transversalité, la dimension intercommunale...

La nature de la relation entre la ville et telle ou telle structure susceptible d'exercer une mission de service public relève du choix des élus de la commune (démocratie élective). C'est le projet qui doit primer et qui devrait induire ensuite le choix du meilleur mode de gestion : convention avec une association, ou bien régie ou DSP (délégation de service public).

Avec parfois le risque pour la collectivité d'avoir une prestation correctement remplie, mais où, au bout d'un certain temps, on se rend compte que semblent avoir été perdus le dynamisme, le caractère d'animation locale et de lien social, et l'implication dans la cité que peuvent apporter des militants associatifs.

Cette relation commune/association relève en définitive d'un équilibre fragile, d'une tension permanente dont on n'a pas à s'effrayer en soi, pour peu qu'on sache éviter de part et d'autre de trop grandes frictions (ce qui est souvent le cas quand l'association est perçue comme un « contre-pouvoir » politique).

Pourtant... rappelons-nous que de très nombreux élus locaux doivent leur formation citoyenne à leurs engagements précédents dans des pratiques associatives (sociales, socio-éducatives, culturelles).

Ne jetons donc pas le bébé avec l'eau du bain ! Si le modèle associatif a été battu en brèche durant toute une période parce qu'il pouvait provoquer « une gestion de fait » de la collectivité et apparaître comme un démembrement de celle-ci, on a constaté depuis qu'il avait encore toute sa place comme mode de gestion d'un service public local (de la jeunesse par exemple), pour peu qu'on prenne les précautions juridiques qui s'imposent.

L'important, quand l'association conventionne avec la ville, c'est qu'elle le fasse démocratiquement sans trahir ses valeurs, en ayant le sentiment d'être reconnue comme favorisant le bien public.

François Deschamps

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Zoom sur... - Le festival du cinéma d'animation d'Annecy (14/06/2009)

Il a fait près de 120 000 entrées et accueilli 700 professionnels en provenance de 67 pays (dont 230 acheteurs et 300 journalistes). Il s'est terminé samedi par le Gala de clôture qui a attribué ses prix : (on peut voir certains extraits sur internet)
- Le Cristal du court-métrage a été attribué à Slavar (Esclaves) des suédois Hanna Heilborn et David Aronowitsch (cf. photo) : deux enfants du Sud-Soudan racontent comment ils ont été enlevés par une milice commanditée par le gouvernement du Soudan et utilisés comme esclaves, à l'instar de milliers d'autres enfants dans cette région. Le prix du public a été attribué à Western Spaghetti de PES (États-Unis) ;

- Le Cristal du long métrage a été attribué ex aequo  à : Mary and Max d'Adam Elliot (Australie) et Coraline d'Henry Selick (Etats-Unis) et le prix du public à Brendan et le secret de Kells (France-Irlande-Belgique)  ;
- Prix du meilleur film de fin d'études : il a été attribué à For Sock's Sake, par Carlo Vogele (France) ; le Prix spécial du jury a été attribué à EX-E.T. de Benoît Bargeton, Yannick Lasfas, Rémy Froment et Nicolas Gracia (France)

A (re)voir à Lyon, au cinéma Comoedia, le 19 juin;  à Paris, au Forum des Images, le 25 juin, et du 24 au 28 juin à la BPI du Centre Pompidou.

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Actualités - L'hadopi retoquée (14/06/2009)

La Constitution a censuréla possibilité qu'une autorité administrative procède à des coupures d'abonnement, après les sommations d'usage, en cas de téléchargement illégal de fichiers musicaux et de films. Le Gouvernement persiste et compte présenter au conseil des ministres avant fin juin une nouvelle proposition de loi pour que le contrevenant soit renvoyé devant le juge (s'agira-t-il d'une contravention ou d'un délit ?). Reste que pour appliquer une telle loi, il faudra déclencher des enquêtes de police... Vu l'engorgement des tribunaux, l'efficacité d'une telle mesure restera à prouver...

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Actualités - Le récent Congrès de l'ABF (15/06/2009)

Le Congrès de l'Association des Bibliothécaires Français (820 participants) à peine terminé, nous pouvons déjà découvrir sur le site de l'ABF quelques comptes-rendus :
- La bibliothèque dans son territoire,  parM. Sueur, sénateur du Loiret ; Dominique Lyon, architecte et urbaniste, Elsa Vivant, maître de conférences IFAB Paris 8 ;
- Programmation et politique culturelle du territoire Corinne Sonnier, directrice de la bibliothèque départementale du Cher et présidente de l'ADBDP, Claude Lechat, directeur du développement culturel de Pantin, président de l'association des DAC Ile-de-France, Patrick Bazin, directeur de la BM de Lyon, et Matthieu Rochelle, directeur de la BDP des Bouches-du-Rhône.

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Actualités - Mobilité (16/06/2009)

Pauline Desachy chargée des affaires culturelles à Clermont-Ferrand ; Morgane Le Gallic directrice du spectacle vivant à Pantin ; Marc Védrine chargé de mission musique et danse à St Etienne ; Jean-Michel Soloch conseiller théâtre de la DRAC Lorraine ; Annabel Poincheval, conseillète théâtre à la DRAC Centre.

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Culture Blog note - (15/06/2009)

- C. Albanel : "Si on a besoin de moi, je continuerai" sur Libelyon.fr le 13 juin

- Les saltimbanques descendent dans la rue. - La fédération des arts de la rue de la région Centre revendique une certaine légitimité dans les programmations culturelles. Et le fait savoir. Un article de Bruno Pille le 14 juin sur lanouvellerepublique.fr

- Ces festivals qui font bouger la France - Un article de Stéphane Davet, avec Odile de Plas, dans lemonde.fr du 12 juin 2009.

- Qui sont les festivaliers ? - Un article de Michel Guerrin dans lemonde.fr du 12 juin 2009 sur l'étude, en cours d'analyse, menée par Emmanuel Négrier sur 49 festivals, sur le profil des festivaliers.

- Yves Michaud : " Nous vivons dans le culte de l'événementiel " - Un entretien mené par Odile de Plas et Michel Guerrin dans lemonde.fr du 12 juin.

- Le Musée du Louvre s'ouvre aux publics défavorisés -  Un article de Bernard GORCE dans la-croix.com du 4 juin. Pour la première fois, un millier de personnes défavorisées ont eu accès aux trésors du Louvre lors d'une journée financée par la Fondation Total.

- Créteil et Belfort, villes de danse sans patrons - Un article de Rosita Boisseau dans lemonde.fr du 11 juin.

- Erotisme, sexe et strip-tease s'invitent sur les scènes actuelles - Un article de Rosita Boisseau  dans lemonde.fr du 13 juin.

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

International - (15/06/2009)

"Le ministère de la culture n'a pas vu le jour aux Etats-Unis parce que Barack Obama a plus urgent à faire" - Un entretien de Michel Guerrin avec Frédéric Martel dans lemonde.fr du 4 juin.

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Agenda - (15/06/2009)

- L'éducation musicale en France - Le Haut-Conseil de l'Enseignement artistique et culturel tiendra devant public une séance plénière le 23 juin dans l'amphithéâtre de la Cité de la musique sur « L'éducation musicale en France : état des lieux, enjeux, perspectives ». Inscription : 01 44 84 44 84

- Education artistique/théâtre-spectacle vivant : où en est-on ? Rencontre de l'ANRAT à Avignon (ISTS, Espace St Mouis, 20 rue du Portail Boquier) le 11 juillet de 10à 13h. Avec Jean-Claude Lallias, Jean-Pierre Loriol, Philippe Meirieu, Robin Renucci et des membres du CA de l'ANRAT.

- Culture et télévision, passé et perspectives. Quelle place pour la culture dans les grilles du service public et de ses nouveaux supports ? Une rencontre de l'association Biz'art le 20 juin à Paris (Lucernaire - Centre d'Art et d'essai, de 11h à 13h).

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

A lire - Pour ou contre le recrutement par contrat dans les collectivités ? (15/06/2009)

 C'est une énorme révolution qui serait à l'œuvre si le texte passait. Pas moins de 84 députés ont récemment signé une proposition de loi pour instaurer une "liberté de recrutement dans les collectivités territoriales. De quoi s'agit-il ? Pas moins que de faire du recrutement par contrat la règle générale dans les collectivités.  Accédez au débat

L'article 1 du texte est clair, qui dit : "Les personnels des administrations des régions, des départements, des communes [...] sont recrutés par contrat, à l'exception de ceux exerçant une mission de service public, qui restent soumis aux dispositions actuellement en vigueur". Déjà, dans les collectivités, les critiques fusent parmi les fonctionnaires. S'agit-il, comme le soutient l'exposé des motifs de la loi, "d'adapter et de moderniser un statut que beaucoup considèrent comme inadapté aux exigences actuelles d'une bonne gestion des ressources humaines" ou de tuer simplement ce statut ? Une telle réforme est-elle à même, comme s'en prévalent ses auteurs, de lever les freins "à la mobilité des carrières et des compétences"

Soyez le premier à rédiger un commentaire !