Lettre Documentation

Accueil > Services > Newsletters > Documentation

Lettre d'information du réseau documentation

A LA UNE

De qui les éditeurs juridiques se moquent-ils ?. (27/12/2008)

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Ne croyez pas que je vous fais le coup du marronnier, si fréquent dans les médias en cette saison de bûches et de revente de cadeaux sur e-bay, mais je dois avouer que la "bonne blague" d'un de mes fournisseurs de documentation juridique m'a passablement agacée en ce 24 décembre. M'apprêtant à signer les dernières factures de l'année avant quelques jours de congés (toujours mérités), j'ai bondi sur mon siège en découvrant les augmentations proprement hallucinantes que cet éditeur nous a imposées sur ses publications.


J'ai en effet découvert avec stupeur que le coût annuel des encyclopédies juridiques de cet éditeur avaient bondi de 25 à près de 30 % en un an ! Ces abonnements étant payables à terme échu, je n'ai pas d'autre choix que celui de régler ces sommes exorbitantes, bien évidemment non budgétées puisque j'avais commis l'erreur de ne prévoir que 8 % d'augmentation, ce qui n'est déjà pas si mal au regard de 5 % de rigueur qu'on nous a appris à l'école... J'ai tout de même décroché mon téléphone pour essayer de comprendre le pourquoi du comment d'une pareille inflation (le prix du papier ? du pétrole ? l'augmentation généralisée de l'ensemble du personnel de cette multinationale ? l'ouragan Gustav ? la crise des subprimes ?). Coup de chance, les bureaux n'étaient pas désertés malgré l'imminence du réveillon, et j'ai même réussi à avoir une commerciale assez rapidement. Celle-ci s'est mise en quête d'un éventuel "argumentaire" (sic !) que lui aurait transmis sa direction, argumentaire malheureusement inexistant. Je partirai donc en congés sans savoir ce qui justifie cette flambée des tarifs en l'absence de toute amélioration notable dans ces publications. On m'a tout de même gentiment proposé, et sans que j'aie besoin d'insister, un geste commercial de l'ordre de 10 à 15 % sur ces factures. On m'a toutefois immédiatement précisé que ce geste ne vaudrait que pour cette fois et que l'année prochaine, il faudra payer plein pot, à moins de résilier ces abonnements. Facile à dire un 24 décembre, pour des abonnements pris par année civile et reconduits tacitement, sauf à dénoncer le contrat au moins 2 mois avant l'échéance...
Bref, je trouve les pratiques de cet éditeur franchement douteuses. Qu'un abonnement soit tacitement reconduit ne me pose pas problème. Cela simplifie même la gestion quotidienne puisqu'il n'est pas nécessaire de se préoccuper du réabonnement. Qu'il soit payable à terme échu me convient tout autant, dans la mesure où pour une fois il nous est possible de régler la prestation en validant réellement un service fait. Là où je suis nettement moins d'accord, c'est quand ce mode de fonctionnement revient à signer un chèque en blanc à l'éditeur en début d'année, éditeur qui nous met fin décembre devant le fait accompli et nous piège de fait pour une année de plus puisque le contrat doit être dénoncé au plus tard le 31 octobre. La pratique est d'autant plus scandaleuse qu'au moment où nous préparons les budgets et même après (j'ai évidemment vérifié ce mercredi), il est tout bonnement impossible de trouver quelque trace que ce soit du coût annuel de l'abonnement sur le site de l'éditeur ni même sur celui d'une agence comme Lavoisier. Quand on connaît la situation financière délicate de nombreuses collectivités locales, quand on sait que bon nombre d'entre nous ont été priés de travailler pour l'année prochaine à budget constant ou maîtrisé, ce genre de pratiques est réellement pénalisant pour nos services, se trouvant ainsi contraints à encore plus de rigueur. Les plus grosses collectivités pourront absorber sans trop de dégâts ces importantes augmentations, qui auront surtout pour effet de réduire leurs marges de manœuvre en matière d'acquisitions. Mais les plus petites, celles qui ont un ou deux abonnements chez cet éditeur et un budget serré, comment vont-elles encaisser les 200 euros en plus par titre ? Où vont-elles trouver ce budget fin décembre si leurs crédits sont entièrement consommés ?

Lettre d'information du réseau documentation
Extrait de Lettre d'information du réseau documentation - N° 188 (29/12/2008)
Téléchargez le N° 188 - Archives - Vous abonner