La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

129 €

Les télétravailleurs sont dans le « près »

Article du numéro 459 - 01 mars 2013

Expériences

Phénomène grandissant, le télétravail, est censé apporter des réponses à bien des maux actuels du travail. Au carrefour de l'aménagement du territoire, de l'emploi et de la qualité de vie, les collectivités s'y intéressent... Petite virée dans le Gers, département récemment converti au Soho solo.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 459

Télécharger cet article en PDF

On les appelle les « Soho solo » du Gers, du nom de la plateforme de services des télétravailleurs indépendants qui leur est dédiée. Un choix judicieux que d'avoir transformé l'impersonnel « télétravailleur » en « Soho solo » - « soho » voulant dire "Small Office Home Office". « Ce nom plaît beaucoup, les télétravailleurs l'insèrent dans leur carte de visite » souligne Romain Bilowus, responsable du programme Soho solo, à la CCI du Gers. Hormis le nom, même profil que les autres télétravailleurs implantés ailleurs en France (Jura, Orne, Cantal, Loire...) : ce sont des travailleurs indépendants qui, grâce à Internet, peuvent développer une activité à distance dans le marketing, la communication, le rédactionnel, la photo, le consulting, le management, l'e-commerce, l'immobilier, etc. La force de ce réseau est aussi d'être animé, rythmé par des réunions thématiques mensuelles, d'être alimenté par une bourse d'offres de missions, de disposer de huit télécentres en accès libre (sur réservation), de cartes de visite vitrine en plus d'un référencement sur le site. « Les télétravailleurs profitent aussi de visibilité à nos côtés, en nous suivant sur les grands salons thématiques ou généralistes » précise l'animateur du réseau.


Un projet européen à l'origine...

Le Gers compte seulement 180 000 habitants, dont 78 % vivent sur l'espace rural. La densité moyenne est de 30 habitants au kilomètre carré, et le département se dépeuple depuis plusieurs années, à quelques exceptions près, comme les communes proches de Toulouse. Le Gers s'est intéressé très tôt au télétravail, en tant qu'opportunité de « redynamisation » de son territoire. En 2006, la CCI inscrit le Gers dans un programme européen « sur l'accueil d'une nouvelle population active » aux côtés de trois autres territoires basés en Espagne, Irlande et Portugal. Une phase expérimentale est cofinancée par l'Europe. Pour le lancement concret du projet : le conseil général du Gers et la région Midi-Pyrénées apportent leur concours. L'Internet haut-débit se développe sur la même période... En 2008, la plateforme voit le jour et le territoire est maillé de huit télécentres. Ils sont installés dans des locaux existants, mis à la disposition par les intercommunalités, en accès gratuit. « Un télécentre, rappelle Cécilia Durieu, experte du télétravail, fournit aux télétravailleurs, un lieu de travail professionnel avec un accès haut-débit, du matériel information, afin de sortir les travailleurs indépendants de leur isolement, favoriser le réseautage, accueillir des clients... ».
Un gros labeur reste à faire, en amont de l'arrivée des télétravailleurs... La CCI les accompagne sur le plan professionnel (toutes les formalités liées au transfert, etc.), et sur le plan personnel (logement, école, services...) : 52 communes ont accepté d'être villages d'accueil Soho solo et donc de répondre à toute demande particulière d'un candidat potentiel... Dans chaque commune un comité d'accueil de 3 à 6 personnes a été formé : ce sont des habitants qui sont volontaires pour accueillir un télétravailleur, l'aider dans ses recherches de maisons, découvrir le village... « Les communes sont mobilisées une fois que le candidat a identifié la zone géographique où il lui semble opportun de se poser : proches des infrastructures routières, d'un aéroport, du train, de Toulouse ou de Bordeaux » précise Romain Bilowus.


Un rythme de croisière

ls sont 340 Soho solo référencés, dont seulement en fait la moitié est constituée de travailleurs vraiment « exilés », venus pour la plupart d'Ile-de-France, du Nord - Pas-de-Calais, et de PACA. En 2011, le Gers dénombre 263 contacts de candidats à l'installation, 150 projets qualifiés. Mais au final, le Gers ne gagne « que » 40 nouveaux télétravailleurs par an, au prix d'une mobilisation des acteurs de terrain assez remarquable. Ce rythme de croisière ne choque pas le responsable du réseau : « Ce n'est pas rien de s'établir ailleurs. C'est un véritable projet de vie qui se réfléchit. Le temps d'avoir réuni toutes les conditions : l'école des enfants, le logement, cela prend entre 6 mois et 3 ans ».
Pourtant, il y aurait un aspirant, par jour, à l'installation dans le Gers, qui contacte le dispositif Soho solo. Et si le Gers ratait certaines occasions ? Et si les télétravailleurs devant l'offre territoriale s'affûtant, devenaient de plus en plus exigeants ? Car, si le Gers mise sur la convivialité, la mobilisation bénévole du terrain, certains départements vont plus loin en offrant des logements passerelles... « Nous ne sommes pas confrontés à des personnes qui font monter les enchères » affirme, cependant, Romain Bilowus, qui annonce par ailleurs une nouvelle formule pour le site des Soho solo.


Témoignage

Maryline Domejean

DGS de la communauté de communes des Bastides de Lomagne

« C'est désormais une machine bien huilée. L'intercommunalité qui recueille les demandes de la CCI, que nous retransmettons aux villages Soho solo. L'intercommunalité a participé au financement du dispositif, au moins les trois premières années. Toutes les demandes n'aboutissent pas bien entendu... Parce que les cahiers des charges des postulants sont bien spécifiques : besoin d'un collège, un hôpital à proximité, un logement... Mais nous avons eu quelques installations dans la commune de Serrant par exemple, qui est l'un des plus beaux villages de France et où le comité d'accueil est très dynamique. Toutes les communes de l'intercommunalité n'ont pas vu l'intérêt de ce dispositif. Celles qui ont souhaité y entrer avaient des locaux disponibles et envie d'accueillir des nouvelles familles »


Témoignage

Cécilia Durieu
directrice associée de Greenworking

« L'expérience du Gers ne peut se répliquer à l'identique ailleurs. Il faut s'adapter au contexte local, à chaque fois. Le point essentiel pour qu'un télécentre fonctionne et attire les travailleurs indépendants, me paraît l'animation sur place. Évidemment dans le cas des petits télécentres, il est difficile d'avoir un animateur. Dans les zones rurales, on peut aussi imaginer que l'animation passe par la fréquentation des lieux par des associations, des producteurs locaux et par l'organisation d'événements (vernissages d'artistes, expositions photos, cours de yoga, etc.). Autres points essentiels : être évolutif dans son projet de télécentre, y compris concernant la taille, le public (salariés, travailleurs indépendants, chercheurs d'emploi), diversifier l'offre de services (open space, bureaux privatifs, salles de réunion, visioconférence, espace lounge, bar, crèche, etc.) »


Témoignage

Jean-François d'Argent
concepteur-rédacteur, télétravailleur dans le Gers

« J'ai pas mal voyagé. Partout où je me suis installé, il y a des initiatives pour attirer des petites entreprises, afin d'éviter de perdre de la population et de garder une dynamique de territoire. Beaucoup de marketing est fait en amont, beaucoup d'accompagnement est mis en œuvre pour guider les entrepreneurs. Mais en aval, ça pêche un peu. Le fait d'être
« Soho solo » par exemple devrait ouvrir des portes. En réalité, les collectivités (ndlr en tant que donneuses d'ordre) et les entreprises locales sont assez fermées étonnamment, alors qu'elles sont supposées soutenir cette démarche. En revanche, le réseau Soho solo permet de disposer de compétences - parce que l'on apprend à se connaître à travers les différents moments de la vie du réseau - pour répondre, à plusieurs, par exemple, à un appel d'offres ».


docdoc

À lire
Sur www.lettreducadre.fr, rubrique « au sommaire du dernier numéro » :
Le télétravail peut concerner un quart des salariés. La Lettre du cadre n°447, 15 juillet 2012.