La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

129 €

L'économie politique des bulles

Article du numéro 435 - 15 janvier 2012

Idées

Décidément, la crise ne touche pas la production éditoriale. Elle l'avive même. Dans ce livre passionnant, Christian Chavagneux souligne que les crises du passé permettent de mieux comprendre l'actualité. Et du schéma général des crises financières, tel que proposé par l'auteur, ressort la nécessité de fortes régulations.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 435

Télécharger cet article en PDF

Décidément, la crise ne touche pas la production éditoriale. Elle l'avive même. Dans ce livre passionnant, Christian Chavagneux souligne que les crises du passé permettent de mieux comprendre l'actualité. Et du schéma général des crises financières, tel que proposé par l'auteur, ressort la nécessité de fortes régulations.
Féru de littérature économique, le rédacteur en chef adjoint d'Alternatives économiques propose une analyse fouillée de ce qu'est une crise financière. Spécialiste, aux lectures éclectiques, des paradis fiscaux et de la critique du libéralisme, l'auteur nous invite à un voyage dans le passé pour mieux décortiquer le présent.


Des tulipes aux subprimes

L'auteur revient d'abord, avec minutie, sur la première bulle spéculative qui est celle des bulbes de tulipes en Hollande au 17e siècle. Il revisite également l'aventure de John Law (un innovateur à la vie fascinante) et son écroulement. Il fait aussi un retour sur 1929, la spéculation, l'extension mondialisée de la déflagration, et - en sortie - les options équilibrées d'un Roosevelt. Mais ce n'est pas un ouvrage de portraits que signe Chavagneux. Son idée est de dénicher des permanences, des traits communs, qui permettent de décrypter ce que sont les crises financières. Et il y parvient. Les crises du passé, comme celle des subprimes, mêlent toujours cupidité des uns, cécité des autres, complexité des montages. Mais il ne faut pas se réfugier derrière les dénonciations de la sophistication des tuyauteries ou de la rapacité de certains privilégiés. Il faut saisir ce qui fait système, et ce qu'en sont les ingrédients. Ceux-ci (oubli du passé, surconfiance dans les instruments du présent, courses aux profits, fraude) alimentent une dynamique qui va d'une situation plutôt stable et régulée, à l'émergence puis au grossissement de bulles, qu'accompagnent montée des inégalités et compromissions entre intérêts économiques et politiques.


De la régulation et de la sanction

Critiquant vivement ceux qui, croyant à l'efficience spontanée des marchés, ont dérégulé, Chavagneux appelle à davantage encore de contrôles et de sanctions. Il plaide même pour une supervision démocratique plus grande du secteur. Concrètement, de telles visées passent par une lutte déterminée contre la fraude et l'évasion fiscales, la refonte de la gouvernance des banques, la maîtrise des rémunérations des financiers, un appel aux économistes pour qu'ils élargissent leurs perspectives. Si l'on peut discuter de la vigueur de ses flèches contre une science économique dite « dominante », tout comme de la place accordée à la problématique et à l'ampleur des inégalités dans le schéma type d'une crise, on a, avec cet ouvrage, une peinture didactique du « bateau ivre » de la finance, dans sa traversée des siècles... Un livre produit pour mieux comprendre le passé et les mécanismes des crises, afin d'essayer d'éviter les prochaines...