La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

129 €

Grenoble se dote d'un projet éducatif

Article du numéro 389 - 01 novembre 2009

Expériences

Dans le cadre de son projet éducatif, la ville de Grenoble vient de passer une convention d'objectifs avec l'Éducation nationale pour une durée de cinq ans. Objectif : faire de la réussite scolaire un levier de réduction efficace des inégalités.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 389

Télécharger cet article en PDF

«Nous voulons faire de la réussite scolaire et éducative une chance pour tous et un levier de réduction efficace des inégalités. » Par ces quelques mots, Michel Destot, ­député-maire de Grenoble, et Paul Bron, adjoint chargé de l'Éducation, posent les fondements du projet éducatif grenoblois, adopté au printemps dernier.


Une convention d'objectifs sur cinq ans

Grenoble a donc décidé de passer à la ­vitesse supérieure en matière d'éducation. La capitale iséroise a ainsi contracté une convention d'objectifs de cinq ans avec l'Éducation nationale, le but étant de donner « une chance pour chacun ». La convention comprend ­notamment cinq axes de développement : assurer la continuité éducative par l'action coordonnée des acteurs du temps de l'enfant ; développer dans les établissements scolaires la mixité ­sociale, culturelle et l'égalité des chances ; promouvoir la santé comme facteur de réussite scolaire et de développement personnel des ­enfants dans les écoles ­maternelles et élémentaires ; mettre en cohérence les actions d'éducation ­artistique, culturelle, ­en­vi­ronnementale et sportive ; associer systématiquement les parents aux ­enjeux éducatifs.
Pour chacun des axes, la ville s'engage à développer des actions dans le cadre de son projet éducatif. Vie scolaire, restauration, petite enfance, éveil culturel ou encore développement sportifs, Grenoble consacre déjà plus de 43 millions d'euros à l'éducation. Ce projet éducatif a notamment pour visée de permettre à la ville de répondre à de nouveaux besoins. « Grenoble doit ­désormais passer d'une suite d'actions éducatives à une politique éducative ambitieuse, fondée sur des engagements ­affirmés. »


Partenariat renforcé avec l'Éducation nationale

Pour ce faire, un cadre de travail a été créé via le conventionnement. Il comprend une instance décisionnelle (l'inspecteur d'académie et le maire) appelée à valider l'évaluation de l'existant et les objectifs proposés par l'instance technique. Elle se réunit trois fois par an. L'instance technique, elle, s'occupe de la conduite de l'évaluation et de la déclinaison des objectifs ­annuels.
Six rencontres annuelles sont prévues entre l'inspecteur d'académie ou son représentant, les IEN et la direction Éducation jeunesse. Enfin, un groupe de suivi assure la mise en œuvre sur chacune des expérimentations ainsi que la remontée des éléments d'évaluation.
Des outils de pilotage partagé sont également mis en place. Il s'agit notamment d'un tableau de bord détaillant pour chaque école les articulations ­entre les temps d'enseignement, l'aide personnalisée, l'accompagnement éducatif et les propositions éducatives de la ville et ses partenaires ; ou encore d'indicateurs de suivi pour les actions. Les échanges de données se font à partir du travail d'un groupe de travail mixte composé de techniciens de la ville, du CCAS et de l'Éducation nationale.
Avec ce projet éducatif, Grenoble, par ailleurs membre de l'Association internationale des villes éducatrices et du Réseau français des villes éducatrices, entend « proposer une politique cohérente, accessible, articulée autour de priorités affirmées et concerne l'ensemble des enfants, de la naissance à la majorité ».

Contacts : Fabrice Bedon, chef du projet pour la ville de Grenoble - 04 76 76 38 03, fabrice.bedon@ville-grenoble.fr
Marianne Sackur, directrice Éducation-jeunesse à la ville de Grenoble - 04 76 76 32 66 - marianne.sackur@ville-grenoble.fr


Reims : coup de pouce à la scène locale

Afin de promouvoir la nouvelle scène musicale locale, la ville de Reims a produit à 100 000 exemplaires un CD diffusé gratuitement avec l'édition d'octobre de son magazine municipal Ville de Reims information  (VRI). Vingt et un morceaux d'artistes déjà reconnus ou émergents représentatifs des différents courants de la musique actuelle, électro, rock ou jazz sont regroupés dans la compilation « La classe rémoise ». Selon la ville, le coût de l'opération s'élève à 60 000 euros, répartis entre la fabrication (20 000 euros) et les droits de Sacem (40 000 euros).

Contact : ville de Reims, 03 26 77 78 79


SEDIF : un guide des agents numérique

Le Syndicat des eaux d'Ile-de-France (SEDIF) lance un Guide numérique des agents   destiné au personnel et à ses nouveaux arrivants. Il permettra à chacun de disposer de repères sur le SEDIF : organisation, fonctionnement. Cet outil a également été conçu pour répondre aux besoins quotidiens des employés en leur offrant des informations pratiques : quel interlocuteur pour réserver une salle de réunion, comment résoudre un problème technique ?... Ce guide sera disponible sur un serveur informatique commun, permettant une mise à jour en temps réel.

Contact : SEDIF, Benjamin Vacarie, 01 53 45 42 13


Visitez Sarlat par téléphone

En partenariat avec Orange, la ville a déployé dans ses rues une cinquantaine de pictogrammes que les touristes peuvent photographier avec leur téléphone pour obtenir plus d'informations. Nommés « flash-codes », ces derniers offrent un accès à une plate-forme internet rassemblant des informations sous forme de texte, photo ou vidéo. Cette technologie permet d'améliorer l'accès à l'information, dans une cité médiévale où l'on ne peut pas démultiplier la signalétique. Si l'offre est aujourd'hui limitée aux monuments historiques, elle pourrait être appliquée à la vie pratique (accès à des horaires d'ouverture de services publics, à des agendas culturels...).

Contact : Service technologies de l'information et de la communication, 05 53 31 53 12.


Metz : bourse aux permis pour les jeunes chômeurs

La mairie de Metz (57) crée un dispositif de « bourse au permis de conduire » destiné à des jeunes demandeurs d'emploi. Ainsi, des jeunes messins de 18 à 25 ans présentant un projet professionnel et dont les ressources sont limitées bénéficient d'une aide au financement de leur formation à la conduite automobile en contrepartie de 105 heures de travail bénévole dans une association à caractère social, humanitaire ou caritatif. La ville règle 800 euros sur les 1 200 facturés par une des six auto-écoles engagées. Le dispositif fait (auto) école dans les communes alentours.

Contact : maire de Metz, 03 87 55 50 00


La Région Aquitaine lutte contre les discriminations

Après un an de mise en œuvre, la région tire un bilan positif du CV anonyme. Cette innovation a notamment été référencée dans le guide Gestion des ressources humaines dans les collectivités territoriales : comment agir pour l'égalité et prévenir les discriminations élaboré par la Halde. Concrètement, la région a généralisé pour tous ses recrutements le recours à un prestataire chargé de rendre anonymes les candidatures : suppression de la photo, du nom, du prénom, de l'adresse, de l'âge ainsi que de toute référence à des dates ou au sexe. Cela peut même aller jusqu'à la suppression de certains loisirs qui seraient trop connotés.

Contact : Rachid Belhadj, Tél. : 05 57 57 02 75