La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

129 €

Angers : un plan de bataille pour le logement social

Article du numéro 384 - 15 juillet 2009

Expériences

La ville d'Angers (Maine-et-Loire) a choisi de faire du logement une "priorité solidaire". Son plan de bataille en cinq actions inédites témoigne d'un investissement sans précédent pour faire face à la crise et soutenir le secteur du bâtiment.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 384

Télécharger cet article en PDF

La ville préfecture du Maine-et-Loire « met le paquet » sur le logement social. Un challenge que le maire (PS) d'Angers, président d'Angers Loire Métropole, résume ainsi 1 : « C'est une exigence de solidarité après les années folles où les prix de l'immobilier se sont envolés ».


Se donner les moyens de son ambition

L'élu ajoute : « Les Angevins ont le droit de se loger dans leur ville, d'accéder à des logements de qualité, respectueux de l'environnement ». Le constat est clair : constructions privées au ralenti ou ­défaillantes dans un contexte de déficit de logement, crise économique ­durement ressentie, manque de crédit des acheteurs et conséquences fortes en terme d'emploi. Face à cette situation préoccupante, la ville a choisi de se donner les moyens de son ambition, étant entendu que plus de 80 % des Angevins peuvent prétendre au logement social et que la ville comme l'agglo se sont engagées à construire 2 500 logements par an (dont la moitié sur la métropole angevine).


Des mesures exceptionnelles

D'un côté, il y a l'investissement record : 30 millions d'euros que la ville insuffle en 2009 dans le logement social. 10 millions en faveur de l'opération de rénovation urbaine qui doit transformer les cinq quartiers prioritaires ; 3 millions en soutien à l'investissement des bailleurs via un fonds d'intervention à l'habitat social ; mise en place d'un emprunt exceptionnel de 15 millions d'euros supplémentaires pour donner un coup d'accélérateur bienvenu à la production de logements sociaux - des conventions spécifiques vont être ­signées avec les six bailleurs angevins. « À situation exceptionnelle, réponses ­exceptionnelles » résume le maire, pour qualifier ce niveau.  Mais le plan de bataille en faveur du ­logement va au-delà du soutien à la ­filière et des moyens consacrés au ­logement. Cinq mesures viennent conforter cette démarche : permettre le rachat de programmes privés en mal d'acheteurs par les organismes sociaux et maintenir l'équilibre de mixité ­sociale ; renforcer l'aide à la pierre pour les bailleurs sociaux pour les inciter à ­dynamiser les mises en chantier (des aides s'ajoutant pour la construction de logements très déficitaires : grands ­logements, logements étudiants) ; ­favoriser l'accession aidée ; aider à la construction de logements respectueux de l'environnement et du cadre de vie avec des aides supplémentaires de 50 euros par mètre carré pour les bailleurs ; enfin, inventer de nouveaux modes de constructions moins coûteux pour favoriser le logement des populations les plus fragiles.

Dans Vivre à Angers, l'adjoint à l'urbanisme et au logement Jean-Luc Rotureau précise l'objectif recherché consistant à innover : « Les bois ou d'autres ­matériaux très performants et moins coûteux doivent pouvoir être utilisés pour obtenir des logements moins chers. Aux ­architectes et aux promoteurs de nous apporter des idées » conclut-il. On peut considérer qu'Angers a déjà rempli plus que sa mission...

1. Dans Vivre à Angers, avril 2009, n° 212.
Accueil logement : 02 41 05 50 55.