consultation Handicaps et ville

consultationAccessibilité en ville : guide des équipements publics

II • Les établissements recevant du public

Fiche de cas n° 4  L’Institut Saint-Pierre, l’hôpital pour enfants du Languedoc-Roussillon

 

Texte extrait du site http://www.omem.fr
« Situé à Palavas-les-Flots dans l’Hérault, mythique station balnéaire de la Méditerranée, plage de l’agglomération de Montpellier Hérault, l’Institut Saint-Pierre est un établissement sanitaire à but non lucratif participant au service public hospitalier.
C’est l’établissement de l’œuvre montpelliéraine des enfants à la mer (Omem), association loi 1901 créée en 1918. L’Institut Saint-Pierre accueille, depuis sa création, des nourrissons, des enfants et des adolescents. Sa capacité actuelle est de 111 lits d’hospitalisation complète et 54 places d’hospitalisation de jour.
Dès son origine, et de par la volonté de ses fondateurs, l’Omem est marquée d’une forte empreinte chrétienne ; pendant une soixantaine d’années, une communauté de religieuses a dirigé l’hôpital pour enfants de Palavas.
Riche d’une longue expérience, l’Omem a toujours veillé à préserver une « ambiance maison » avec une prise en charge du petit malade en tant que personne à part entière et non en le réduisant simplement à un « cas » qu’il faut traiter.
Sur le plan médical, les équipes soignantes se sont toujours dévouées pour combattre les grands fléaux pathologiques (tuberculose osseuse, poliomyélite…) et mettre en œuvre les traitements les plus performants (rééducation fonctionnelle, implants cochléaires…).
Reconnue d’utilité publique en 1922, l’œuvre ne recherche aucun profit commercial et tous les membres du conseil d’administration sont bénévoles.
Enfin, consciente de son devoir de sauvegarder et de développer un patrimoine particulièrement exposé en front de mer, l’Omem sait s’entourer des meilleurs spécialistes pour respecter un environnement exceptionnel : l’architecture de l’hôpital tourné vers le grand large est désormais une référence dans le domaine hospitalier.
 »


 

Arrêté du 1er août 2006 (NOR : SOCU0611478A), pris en application des articles R. 111-19 à R. 111-19-3 et R. 111-19-6 du Code de la construction et de l’habitation, notamment les articles suivants :
« Article 2 - Un cheminement accessible doit permettre d’accéder à l’entrée principale, ou à une des entrées principales, des bâtiments depuis l’accès au terrain. Le choix et l’aménagement de ce cheminement sont tels qu’ils facilitent la continuité de la chaîne du déplacement avec l’extérieur du terrain. Le cheminement accessible doit être le cheminement usuel, ou l’un des cheminements usuels. »
Le cheminement accessible permet notamment à une personne ayant une déficience visuelle ou auditive de se localiser, s’orienter et atteindre le bâtiment en sécurité et permet à une personne ayant une déficience motrice d’accéder à tout équipement ou aménagement donné à l’usage. »
« Article 3 - Tout parc de stationnement automobile intérieur ou extérieur à l’usage du public et dépendant d’un établissement recevant du public ou d’une installation ouverte au public doit comporter une ou plusieurs places de stationnement adaptées pour les personnes handicapées et réservées à leur usage. Les caractéristiques de ces places sont définies au II du présent article. »
Ces places adaptées sont localisées à proximité de l’entrée, du hall d’accueil ou de l’ascenseur et reliées à ceux-ci par un cheminement accessible. »
« Article 5 - Tout aménagement, équipement ou mobilier situé au point d’accueil du public et nécessaire pour accéder aux espaces ouverts au public, pour les utiliser ou pour les comprendre, doit pouvoir être repéré, atteint et utilisé par une personne handicapée. »
« Article 6 – Les circulations intérieures horizontales doivent être accessibles et sans danger pour les personnes handicapées. Les principaux éléments structurants du cheminement doivent être repérables par les personnes ayant une déficience visuelle.
Les usagers handicapés doivent pouvoir accéder à l’ensemble des locaux ouverts au public et en ressortir de manière autonome.
 »
« Article 17 - Tout établissement disposant de locaux d’hébergement pour le public doit comporter des chambres aménagées et accessibles de manière à pouvoir être occupées par des personnes handicapées.
Les établissements comportant des locaux d’hébergement pour le public, notamment les établissements d’hébergement hôtelier ainsi que tous les établissements comportant des locaux à sommeil, notamment les hôpitaux et les internats, doivent comporter des chambres adaptées aux personnes en fauteuil roulant, répondant aux dispositions suivantes.
 »


 

Un lieu de vie accessible à tous : c’est en 1999 qu’ont été reconstruits les bâtiments hospitaliers avec un souci majeur porté sur la prise en compte de l’accessibilité, de la fonctionnalité et de la convivialité de l’établissement.

L’institut Saint-Pierre est un lieu de vie conçu pour accueillir les enfants malades ou handicapés, accompagnés de leurs familles. La question de l’accessibilité est prise en compte dans cet établissement, plus qu’une nécessité, comme un devoir citoyen.

 

Dressé face à la grande bleue, l’institut Saint-Pierre, l’hôpital de la plage pour enfants


 

Réalisation des nouveaux bâtiments, 1999
par le cabinet architectes Brunet – Saunier (Paris 17e)


 

L’accessibilité à l’hôpital : un indispensable pour le patient, un impératif pour le soignant

 

Repérer, atteindre et utiliser tels sont les objectifs de l’accessibilité.

Depuis la loi du 11 février 2005, l’exigence d’accessibilité est un impératif fixé pour le 1er janvier 2015. À l’institut Saint-Pierre, on n’a pas attendu cette échéance puisque dès sa reconstruction en 1999, les règles d’accessibilité étaient imposées à l’architecte, d’ailleurs la réception des lieux s’est faite en fauteuil roulant avec l’ensemble des acteurs de la maîtrise d’œuvre et d’ouvrage. Dans la réflexion accessibilité, les professionnels ont été associés, car soigner les enfants passe par des conditions de travail adaptées optimisées. Lorsque les soignants disposent d’un lieu de travail adapté et fonctionnel, ce sont les soignés également qui en bénéficient. Et puis il ne s’agit pas de perdre la santé en prenant soin de celle des autres.

 

 1. L’accueil extérieur : parking, cheminement, stationnement, repérage

 


 

Dès l’arrivée sur le parking, dix places sont aménagées pour les personnes handicapées, pour les ambulances et les taxis. Ces places sont réservées au plus près de l’entrée.

 


 

Repérer l’entrée du bâtiment menant à l’accueil est indispensable

Un élément architectural avec une signalétique conséquente contribue à orienter parfaitement tout visiteur, qu’il arrive à pieds ou en véhicule automobile.

 


2. L’accueil à l’intérieur

 

C’est de cet endroit que tout se déclenche pour la qualité d’accueil et de prise en charge des patients.

 


 

Se diriger vers l’accueil, que l’on soit en fauteuil roulant, en ayant une déficience visuelle, auditive ou cognitive, toutes les situations sont prises en compte :

- banque d’accueil adaptée à niveau ;

- borne de boucle magnétique pour les personnes déficientes auditives appareillées ;

- bande d’éveil de vigilance menée depuis une ligne podotactile ;

- cinq interphones visiophones, respectant les règles d’accessibilité, assurent le contrôle d’accès ;

- le personnel d’accueil a servi, au préalable, dans les différents services de l’hôpital. Ainsi, il bénéficie d’une expérience de l’organisation de l’hospitalisation et de la prise en charge du patient qui lui permet de bien orienter les visiteurs ;

- le langage des signes n’est pas ignoré du personnel d’accueil, très professionnel.

 

3. Se diriger vers la consultation : la salle d’attente, la salle de soins, la radiologie

 


 

L’ascenseur est le mode de locomotion le plus utilisé au monde. Dans un hôpital il est le moyen indispensable de transports à la fois de personnels, de patients et de matériels.

À l’institut Saint-Pierre, les ascenseurs sont tous adaptés à tout type de handicap. Ils disposent d’un espace suffisant pour se retourner en fauteuil. Leurs boîtiers de commande sont ergonomiques et ils sont situés à la bonne hauteur permettant à une personne assise ou de petite taille de les utiliser.

Ils sont équipés d’un indicateur vocal pour annoncer les niveaux et les ouvertures de portes. Les miroirs sont orientables pour effectuer une marche arrière en fauteuil de façon sécurisée

Les ascenseurs respectent la norme EN 81-70.

 


 

Prendre l’ascenseur est pratique, lorsque la personne se trouve en situation de handicap, soit en raison de son état physique, soit en raison des charges qu’elle porte. Prendre l’escalier contribue à la mise en forme physique, lorsque la personne est en mesure de l’emprunter et si la sécurité est bien assurée. Dans cette optique et conformément à la réglementation, les mesures suivantes sont respectées :

- des bandes d’éveil de vigilance à la première et à la dernière marche orientent les personnes malvoyantes ;

- une main courante est installée au niveau de chaque escalier. Elle est contrastée avec le mur et déborde d’une marche au-delà de la première et de la dernière marche, sans pour autant créer d’obstacle au niveau de la circulation horizontale ;

- un dispositif d’éclairage conforme assure la descente ou la montée du piéton en sécurité.

 


 

La salle d’attente, quand on est un enfant, ce n’est pas forcément l’endroit le plus agréable.

Un espace de jeux, avec table de lecture et de coloriage est aménagé et un téléviseur, programmé sur la chaîne « jeunesse », est installé. Il est à noter que le téléviseur est équipé du télétexte, pouvant servir notamment, aux enfants déficients auditifs.

 

4. La prise en charge d’hospitalisation : la logistique hôtelière

 


 

La chambre, l’espace privé de l’enfant et de sa famille, doit être chaleureuse, pratique et sécurisée. La dimension des chambres, conforme aux dispositifs réglementaires, permet à un enfant en fauteuil roulant de se déplacer et de se tourner sans encombre. Les différents éléments et équipements des chambres sont conçus pour faciliter le confort d’usage, d’hygiène et de sécurité des patients.

La table est à bon niveau, les poignées de porte sont ergonomiques, la salle de bain est équipée d’accessoires ergo sanitaires, ou encore l’appel malade est placé à disposition pour être facilement préhensible. Les téléviseurs dans les chambres sont équipés de télétexte avec toutes les chaînes éducatives et ludiques.

La qualité d’usage est renforcée avec la vue sur la mer des chambres, tout un programme pour oublier que nous sommes à l’hôpital.

 


 

Vue sur la mer avec accès à la terrasse sans aucun ressaut. Ainsi l’enfant peut sortir sans quitter son lit pour respirer l’air pur marin.

À noter que sur la grande terrasse du premier étage se produisent, sous le soleil face à la mer, des spectacles pour enfants : danse, concert, boum, marionnettes sont à l’affiche.

 

5. La rééducation en bassin de balnéothérapie

 


 

Deux bassins de rééducation fonctionnelle à l’eau de mer chauffée à 35 °C sont destinés à la rééducation, à la gymnastique aquatique, mais aussi à permettre aux enfants malades de s’amuser.

L’espace est rendu accessible dans sa totalité. Pour entrer dans l’espace balnéothérapie marine, il n’y a aucun ressaut, tout est aménagé à niveau. Les patients peuvent se plonger dans l’eau, avec chaises ou brancards, à l’aide des montes malades adaptées à cet effet.

Dans le fond du bassin des visuels marquent les différences de niveau de hauteur d’eau.

 

6. Étudier à l’institut ou poursuivre ses études scolaires

 


 

Se soigner c’est essentiel, et si on ne perd pas le fil de ses études c’est encore mieux. Tout enfant a droit à la scolarisation quel que soit son état de santé ou son handicap. Pour les enfants hospitalisés, ce droit se pratique au sein de son établissement de santé, avec la mise à disposition de professeurs affectés à cet effet.

L’Institut Saint-Pierre bénéficie de la présence de douze professeurs des écoles et collèges qui prennent en charge la poursuite des cours de chaque malade qui redevient alors élève.

Dans son école, chaque enfant, quel que soit son handicap, trouvera l’accessibilité à tous les niveaux. Dans sa classe, l’élève handicapé dispose des tables et chaises ergonomiques ainsi que du matériel pédagogique adapté.

À noter que chaque jour, ce sont près de soixante enfants sourds qui sont accueillis dans cette école et bénéficient d’un enseignement adapté en fonction de leur déficience.

Le confort et la qualité d’usage sont respectés à chaque niveau de l’organisation et de l’aménagement de cet hôpital. Par exemple, la salle de récréation a été conçue, afin qu’elle puisse se situer sur la plage, un privilège que l’Institut Saint-Pierre a su utiliser pour l’offrir à ses jeunes patients.

 

7. Se distraire à l’hôpital

 


 

Même hospitalisé, l’enfant doit rester un enfant.

Le foyer, lieu d’amusement, mais aussi de rencontres permet, avec ses équipements accessibles, aux enfants de jouer au billard, au baby foot, ou encore aux jeux vidéo.

 


 

Le sport, essentiel pour la santé, est intégré parmi les activités proposées aux enfants. Il est aussi considéré comme un moyen de l’amusement. Ici, le mini stadium multisports, est accessible aux fauteuils roulants,

Les enfants sont accompagnés par des éducateurs sportifs et peuvent pratiquer les différentes activités proposées en fonction de leur situation de handicap.

 


La plage, la mer restent un lieu magique d’amusements, que l’on soit jeunes ou plus âgés…

Dès l’été, face à l’institut Saint-Pierre, la plage est aménagée de chemins praticables. Pour les fauteuils, des Tiralo® sont installés afin de les aider à s’immerger, des lignes d’eau audio line sont prévues pour les personnes malvoyantes. Le poste de secours est animé par les bénévoles de la SNSM (Société de sauvetage en mer) qui sont sensibilisés à la situation et aux besoins de ces jeunes en situation de handicap.

 

8. L’accessibilité, un facteur de sécurité pour les soignés et les soignants

 

Article R. 123-4 du Code de la construction et de l’habitation
« Les bâtiments et les locaux où sont installés les établissements recevant du public doivent être construits de manière à permettre l’évacuation rapide et en bon ordre de la totalité des occupants ou leur évacuation différée si celle-ci est rendue nécessaire ».
 
Article R. 123-7 du Code de la construction et de l’habitation
« Les sorties, les éventuels espaces d’attente sécurisés et les dégagements intérieurs qui y conduisent doivent être aménagés et répartis de telle façon qu’ils permettent l’évacuation ou la mise à l’abri préalable rapide et sûre des personnes. Leur nombre et leur largeur doivent être proportionnés au nombre de personnes appelées à les utiliser (...) » 


 

L’article GN8 du règlement de sécurité incendie janvier 1980 modifié en 2011 exige désormais une règle précise sur l’évacuation des Personnes en situation de handicap.

 

À l’institut Saint-Pierre, on a opté pour la présence d’un PC Sécurité 24 heures sur 24, avec un contrôle général des installations toutes les six heures au minimum, afin de vérifier notamment, que les dégagements, les circulations, et autres sorties de secours soient dégagées et praticables.

L’incendie peut survenir à tout moment, même si les pratiques de la prévention sont une obsession. Malgré les espaces d’attente sécurisés, l’évacuation reste la meilleure solution pour préserver les vies en cas de sinistre avéré.

L’accessibilité facilite l’évacuation : le dimensionnement d’une porte, rendue accessible, facilite le passage d’un fauteuil roulant ou d’un lit d’hospitalisation. Un escalier réglementé n’est plus un danger pour évacuer un étage. L’absence de ressaut dans les circulations et les plans inclinés respectant les dispositions réglementaires, assurent un dégagement rapide. Ce sont quelques exemples de cas qui contribuent à la mise en sécurité d’un ERP, grâce aux respects des règles d’accessibilité.

 


 

Un poste central de sécurité opérationnel : écrans de contrôles, ordinateurs, alarmes, extincteurs, système de sécurité incendie, consignes écrites et connues de tous, permanences 24h/24 et 7 jours sur 7 effectuées par de véritables professionnels, formés et entraînés et enfin, un établissement conçu selon les règles d’accessibilité, sont des conditions nécessaires pour la mise en sécurité d’un hôpital d’être en sécurité.

La sécurité c’est l’affaire de tous !

 

9. Sortir en ville à Palavas-les-Flots

 

Bien que l’on trouve tout pour passer un bon séjour à l’institut Saint-Pierre, n’oublions pas que nous sommes à Palavas-les-Flots, sympathique station balnéaire. En effet, l’hôpital a le privilège de bénéficier de cette station, pour offrir une période de convalescence de qualité à ses patients.

Trottoirs étroits, bordures et ressauts trop hauts, traversées de chaussée périlleuses, signalétiques illisibles, autant d’embûches qui font réfléchir les « empêchés » avant d’entreprendre une sortie urbaine.

Palavas-les-Flots, six mille habitants, a suivi les prescriptions de la loi 2005 en créant sa commission communale d’accessibilité. Elle s’est constituée en concertation avec les associations, pour rédiger son plan de mise en accessibilité de la ville.

Les travaux se sont engagés au fil des étapes, avec un objectif pilote : « Accueillir tout le monde pour n’exclure personne ».

Parmi les projets retenus par la municipalité, il y a celui mené conjointement avec l’association Palavasienne « Handialogue » : Kiosky, la station services à la personne (voir plan ci-dessous)

Il s’agit d’un point halte pour toute personne se déplaçant en ville, avec un espace services accessibles à tous qui respecte le principe de la conception universelle.

Ce projet, dont la mise en service a eu lieu en juin 2012, est implanté à l’entrée de la grande plage de la Mairie. Il servira de logistique à un espace ludique adapté « la mer ouverte à tous » où toute personne, quel que soit son handicap, pourra jouir des plaisirs de la plage et de la baignade. Un accueil « humain » y est prévu, effectué par des personnes résidantes dans un Esat (établissement et service d’aide par le travail).

 

a) Le concept de « Kiosky »

 

Le principe est basé sur un équipement de service compact dont tous les éléments sont conçus pour être accessibles à toutes les situations de handicap. On y trouve principalement :

- deux véritables sales d’eau, équipées de matériels ergo-sanitaires avec lavabos contenant de l’eau propre à la consommation ;

- un espace sanitaire pour bébé et enfant handicapé équipé de table de relaxation ;

- un point multimédia, équipé de prise de courant pour recharge de fauteuil électrique, de téléphones ou ordinateurs portables, d’appareils photos… et une table d’écriture ;

- un distributeur automatique de billets de banque ;

- un point service ou l’on peut trouver le plan de la ville, des boîtes à outils nécessaires, un distributeur de cafés et boissons ;

- un point secours comprenant un défibrillateur, des extincteurs, des trousses de secours et un point d’appel d’urgence ;

- un point de recharge pour vélo.

 



Le Kiosky est un équipement accessible qui peut être mis au service des enfants et des familles accueillies à l’institut Saint-Pierre.

 

« Kiosky, la station services à la personne » est ouverte à tous ceux - habitants, visiteurs de passage et touristes - qui souhaitent faire une halte au bord de la mer et bénéficier des services de première nécessité. Le Kiosky est un modèle qui peut également être transposé. Il peut, par exemple, être implanté au cœur des villes, dans les halls de gare, d’aéroport, de foire expositions, dans les mails des complexes commerciaux, ou encore dans les centres hospitaliers.

 

b) Le concept de « la mer ouverte à tous »

 

Il s’agit d’aménager un espace plage accessible à tous, un lieu de rencontre pour à la fois profiter du bonheur de la plage, de la joie des bains de mer mais aussi se retrouver pour discuter de la vie du quotidien, partager les points de vue sur la vie, échanger les savoirs de la culture de chacun, en un mot apprendre à vivre ensemble au milieu d’un site de rêve.

Tout est pensé pour que personne ne soit laissé sur le bord de la plage :

- « Kiosky » : la logistique services à la personne ;

- Agora rencontres, pour se parler, jouer, lire, se relaxer ;

- réunion sur la plage, un rêve de société, d’association ;

- présence d’un solarium où un cabanon rafraîchi permettant de regarder la mer à l’abri ;

- le « snacky » avec son mobilier ergonomique pour se restaurer, ou simplement, pour boire un verre entre amis ;

- le ponton de mise à l’eau, pour le Tiralo®, l’Hippocampe® qui permet une mise à l’eau adaptée ;

- le ponton pour monter à bord d’un voilier adapté au fauteuil ;

- la pêcherie, un espace de rochers sécurisé pour taquiner le poisson et ce, même si on est en fauteuil roulant.

 


 

Au final, ce concept constitue un espace à vivre ensemble, avec un accueil sur mesure et des services apportés par les personnes handicapées d’un Esat (établissement et service d’aide par le travail).

 


 

Conclusion

 

L’hôpital est le lieu de vie par excellence, un lieu où l’homme est accueilli sans aucune discrimination. Il doit y trouver sa guérison, il doit obtenir un accueil hautement sécurisé, il doit y vivre dans un confort d’usage optimisé, il doit se sentir à la fois protégé et défendu face aux agressions les plus imprévues.

 

Les personnes handicapées, quel que soit leur handicap moteur, visuel, auditif, cognitif ou mental, se côtoient à l’hôpital, mais ils ne sont pas tous forcément des patients. Il y a aussi, les membres du personnel, les familles, les visiteurs, les consultants, les différents intervenants, etc. qui peuvent se trouver en situation de handicap. L’hôpital est un établissement sanitaire qui doit être accessible à tous, aussi bien au titre de la réglementation relative à l’accessibilité des lieux de travail qu’à celle des ERP.

 

C’est dans cet esprit que l’institut Saint-Pierre, l’hôpital des enfants situé à Palavas-les-Flots accueille chaque jour, une population aussi variée que spécifique quant à sa mobilité.

« Nous sommes tous égaux et pourtant si différents » (Association des paralysés de France), c’est pour cela que les normes accessibilité permettent à chacun de se repérer, d’atteindre tout lieu, et surtout d’utiliser tout service et ce en toute sécurité.

 

Contact : Daniel Briand

Directeur technique et Sécurité institut Saint-Pierre

Vice-Président des Ingénieurs Hospitaliers de France

Tél. : 04 67 07 75 05 - briand.d@institut-st-pierre.fr

371, avenue de l’évêché de Maguelone - 34250 Palavas-les-Flots - http://www.institut-st-pierre.com

 


Pour consulter le contenu dans son intégralité ...

Vous devez être abonné.

Contenu réservé

J'ai un compte

Je m'identifie

Je n'ai pas encore de compte :

Je crée mon compte
 

Vous possédez un compte si vous êtes inscrit sur un des sites du Groupe Territorial ou sur le site lagazettedescommunes.com. Utilisez votre identifiant et votre mot de passe pour vous connecter.


Les sites du Groupe territorial

 

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Pour exercer ce droit d'accès, cliquer sur la rubrique « Mon compte » du site web ; pour obtenir communication des informations vous concernant, rendez-vous sur la page « contacts » du site.


(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)


Vous n'êtes pas abonné ?

 

Haut de page

Sommaire

Rechercher par mots clés