consultation Handicaps et ville

consultationAccessibilité en ville : guide des équipements publics

VI • Les systèmes de communication et d’information

Fiche de cas n° 1  Un distributeur de tickets de transport conçu selon la « conception pour tous » à Barcelone

 

La société FGC qui gère le réseau ferré de banlieue et la société TMB qui exploite le réseau de métro et bus de Barcelone, ont travaillé selon le concept « conception pour tous » bien que l’un de leurs maîtres mots soit celui d’un « transport public économique ». Pour être économique et rentable, la FGC a fait le choix en 1997 de supprimer la plupart de ses guichets et de mettre à disposition de ses clients 157 machines distributrices de tickets. Avec l’industriel ASCOM Monétel qui a réalisé pour elle la machine, l’idée d’une conception pour tous les utilisateurs a d’emblée été retenue d’autant plus que les Espagnols sont très sensibilisés à la question des aménagements pour les personnes handicapées, une loi ayant été votée chez eux dès 1992. Cette machine censée remplacer le guichetier dans la station se veut utilisable par tous les voyageurs et notamment les personnes à handicaps divers.

 

1. Présentation générale

 

La machine permet de réaliser les différentes opérations :

- acheter un titre de transport, les tickets les plus vendus apparaissant en tête de liste dans les options à choisir sur l’écran ;

- éditer son abonnement pour le mois suivant, à partir de l’édition de celui du mois précédent, que le voyageur peut modifier s’il le souhaite ;

- dupliquer un ticket déjà utilisé pour éviter de reproduire la chaîne de manipulations identiques à chaque fois.

 

Cette machine qui remplace l’homme au guichet pourrait être une entrave pour nombre d’utilisateurs mais ne l’est pas. Malgré tout, un opérateur du poste de contrôle des services de l’infrastructure peut la piloter à distance à la demande de l’usager qui éprouverait des difficultés. Le bouton de l’interphone est très bien signalisé pour tous les types de handicap, d’ailleurs positionné en haut à gauche de la machine, comme le premier outil nécessaire ou la première action à réaliser pour la résolution de la tâche si l’utilisateur le juge utile.

 

Cette machine n’est pas radicalement innovante du point de vue technologique, même si elle utilise des technologies jugées nouvelles. Elle présente cependant des caractéristiques innovantes dans le sens où elles aident l’utilisateur quel qu’il soit, et particulièrement utiles et intéressantes en situation de handicap :

- récepteur de carte « handicap » indiquant à la machine la nature du handicap de façon à activer des fonctionnalités en rapport ;

- synthétiseur vocal pour les personnes déficientes visuelles (uniquement monolingue).

- interface clavier/affichage abaissé et incliné vers l’avant, permettant à une personne en fauteuil roulant d’opérer aisément ;

- localisation de la zone des pièces de monnaie et billets adaptée à une personne de petite taille ou en fauteuil roulant.

 

2. La facilité d’usage grâce à l’enchaînement logique des opérations et des tâches pour l’acheteur

 

Le choix, a priori élémentaire, de suivre la logique de l’utilisateur (et non celle des procédés techniques c’est-à-dire de disposition des sous-systèmes) permet à l’utilisateur, même s’il a certaines déficiences, de vite comprendre le fonctionnement, sans aucune panique.

 

Ces nouvelles machines sont donc naturelles et pratiques pour l’usager :

- à gauche, opération 1 : entrer en contact avec un opérateur (parfois par peur de réaliser seul les opérations). Cela contribue à augmenter la confiance des usagers ;

- puis opération 2 : formuler la demande, par exemple « je veux acheter un carnet de tickets » sur l’écran situé au centre ;

- puis 3, opérations de paiement, plutôt en haut et à droite, avec plusieurs blocs selon le mode retenu ;

- enfin opération 4, retirer le billet ou le renouvellement d’abonnement, en bas.

Chaque type d’opération est structuré par une zone délimitée, placée « dans le bon ordre », contrairement à beaucoup de machines qui n’appliquent pas encore ces bons principes. La machine peut ainsi communiquer en mode tactile, visuel et sonore et donne de l’information visuelle et sonore (guidage non spécifique pour les personnes aveugles).

 

3. Les atouts de la machine pour les personnes handicapées

 

- L’écran et tous les éléments de commande ainsi que l’emplacement de sortie des tickets sont placés à une hauteur et sous un angle qui sont adaptés à toutes les dimensions anthropométriques extrêmes (y compris les fauteuils roulants), en accord avec l’European concept of disability.

- La machine diffuse l’information de manière vocale et des inscriptions en relief et en braille sont présentes pour que les personnes aveugles puissent activer les boutons de commande. À chaque opération réalisée, on entend un son « big, big » qui permet à tous d’avoir un retour d’information sur l’opération en cours.

- Toutes les informations et instructions sont disponibles visuellement par l’intermédiaire de messages écrits et d’icônes très lisibles, pour en faciliter l’usage par les personnes malentendantes sourdes ou pratiquant mal la langue (catalan, espagnol ou anglais).

- Pour rendre cette machine accessible à des personnes ayant une déficience cognitive et aussi à ceux qui n’ont jamais utilisé ce type de machine, le design a été fait pour être attirant. Il offre une facilité accrue pour les personnes âgées, les étrangers et les usagers non fréquents.

 

D’après l’exploitant, cette machine apparaît comme optimale sur le plan des coûts d’exploitation et de maintenance des services et sur la diversité des moyens de paiement (pièces, billets ou carte bancaire).

 

Le concept est très intéressant et innovant du point de vue des interfaces homme-machine, même si des améliorations sont encore à explorer, par exemple concernant la localisation de la zone des récepteurs de cartes de crédit en haut à droite de la machine, plus difficilement utilisable pour des personnes handicapées sensorielles. De plus, le choix d’interface par écran tactile et validation directe sans pression, contrarie une utilisation autonome d’une personne non voyante. Conçus contre le vandalisme et pour une réactualisation rapide des données, ces « claviers/écrans », utilisés en validation immédiate, nécessitent une précision du geste avec contrôle oculaire. Ils sont donc mal ou peu adaptés à certaines situations de handicap, lorsque le geste ne peut être précis (risque d’erreur) ou que le contrôle oculaire est difficile ou impossible.

 

Distributeur Barcelone - Vue d’ensembleDistributeur Barcelone 2 - Écran interactif

 

Pour consulter le contenu dans son intégralité ...

Vous devez être abonné.

Contenu réservé

J'ai un compte

Je m'identifie

Je n'ai pas encore de compte :

Je crée mon compte
 

Vous possédez un compte si vous êtes inscrit sur un des sites du Groupe Territorial ou sur le site lagazettedescommunes.com. Utilisez votre identifiant et votre mot de passe pour vous connecter.


Les sites du Groupe territorial

 

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Pour exercer ce droit d'accès, cliquer sur la rubrique « Mon compte » du site web ; pour obtenir communication des informations vous concernant, rendez-vous sur la page « contacts » du site.


(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)


Vous n'êtes pas abonné ?

 

Haut de page

Sommaire

Rechercher par mots clés