consultation guide des usages, du protocole et des relations publiques

consultationGuide des usages, du protocole et des relations publiques

II • Honneurs militaires

Fiche pratique n° 3  ORGANISATION D’UNE CÉRÉMONIE D’ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION

 

A - Objet 

 

- Manifestation organisée à l’initiative d’une commune qui s’apparente à une cérémonie patriotique. 

- Elle rassemble les autorités civiles, militaires et d’anciens combattants. 

- Pour ce type de cérémonie, il y a lieu d’intégrer dans le programme une partie religieuse (catholique, protestant, israélite et musulman). 

 

B - Préparation 

 

- Envisager les cérémonies aux différents endroits de la cité qui ont été marqués lors des combats pour la Libération. 

- Dans le cadre du devoir de mémoire : 

* prévoir une cérémonie qui peut se concrétiser par le dévoilement d’une plaque commémorative qui rappelle les faits à un endroit précis ; 

* associer les scolaires aux manifestations en leur confiant la lecture d’un texte historique qui a trait à l’événement ; 

* avec le service des archives municipales et départementales, monter une exposition avec des documents d’époque (textes et photos). 

- Contacter dans un courrier adapté les différents ministres des cultes pour convenir avec eux des modalités d’organisation soit d’un culte par religion, soit par un office œcuménique. 

 

C - Jour de la cérémonie 

 

- Emplacement : monument aux morts, place d’armes ou place de l’hôtel de ville. 

- Placement protocolaire des autorités (cf. décret du 13 septembre 1989, article 3). 

- Réserver une place d’honneur (proche des autorités) aux anciens combattants, particulièrement aux survivants du dernier conflit mondial. 

 

D - Déroulement 

  

- Accueil des autorités, préfet et maire, par le commandant des troupes s’il s’agit d’une cérémonie militaire. 

 

- Honneur au drapeau. 

 

- Revue des troupes par le préfet, le commandant des troupes. 

 

- Le maire prend place parmi les autres autorités déjà placées. 

 

- Remise des décorations : compte tenu de la cérémonie, seuls les ordres nationaux (Légion d’honneur et ordre national du Mérite) et les décorations militaires peuvent être décernés. 

 

Nota
La remise des décorations est toujours planifiée en début de cérémonie pour permettre aux récipiendaires de suivre le reste de la cérémonie à la place d’honneur, en tant que décorés. 


 

- Lecture de l’ordre du jour, du jour de la Libération. 

 

- Discours : 

* un ancien combattant relate brièvement le jour de la Libération ; 

* le maire ; 

* le préfet. 

 

- Dépôt de gerbe (si la cérémonie se déroule devant le monument aux morts) par : 

* un représentant des anciens combattants ; 

* le maire ; 

* le préfet. 

 

- Appel aux morts et minute de silence. 

 

- La Marseillaise (soit jouée par une fanfare, une harmonie, soit chantée par une chorale, un groupe d’élèves). 

 

- Salut des porte-drapeaux et des anciens combattants par les autorités (préfet, maire, parlementaires). 

 

- Vin d’honneur. 

 

Astuces
- Utilisation de l’alinéa 18 de l’article 3 du décret du 13 septembre 1989 pour le placement des autorités religieuses. Bien que réservé aux trois départements de l’Est de la France, cet alinéa peut être tout à fait appliqué dans toutes les collectivités françaises.
- Prévoir un service de premiers secours essentiellement pour les anciens combattants en cas de malaise.
- Mise en valeur des jeunes lauréats du concours de la Résistance.
- Associer la population en l’invitant à pavoiser ses fenêtres et les vitrines des magasins.
- Associer la presse à l’organisation pour une couverture médiatique optimale en rappelant l’un ou l’autre fait de guerre qui s’est déroulé dans la commune et, le cas échéant, avec interview d’une personne qui a vécu l’événement.
- Prévoir le déplacement des anciens combattants en bus escorté de la police municipale ou nationale (cela donne une certaine importance aux anciens combattants).
- Envisager de baptiser une rue ou une place du nom d’une personne particulièrement méritante (ex. : le premier libérateur de la commune, l’officier commandant les troupes qui ont libéré la commune, etc.). Dans ce cas, inviter la personne concernée. Si elle est décédée, proposer préalablement le projet à la famille et demander son accord.
- Associer autant que faire se peut les anciens combattants, auteurs des événements, aux supports de communication (cartons d’invitation, affiches, cérémonies…).
- En fonction des moyens financiers dégagés par la commune pour cette opération, on peut prévoir un repas pour les anciens combattants ou une médaille du souvenir. Généralement, pour ce genre de manifestation, la commune peut escompter du soutien du conseil général.

 

Gérard KRITTER 

Chef du protocole du conseil général du Haut-Rhin 

 

Pour consulter le contenu dans son intégralité ...

Vous devez être abonné.

Contenu réservé

J'ai un compte

Je m'identifie

Je n'ai pas encore de compte :

Je crée mon compte
 

Vous possédez un compte si vous êtes inscrit sur un des sites du Groupe Territorial ou sur le site lagazettedescommunes.com. Utilisez votre identifiant et votre mot de passe pour vous connecter.


Les sites du Groupe territorial

 

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Pour exercer ce droit d'accès, cliquer sur la rubrique « Mon compte » du site web ; pour obtenir communication des informations vous concernant, rendez-vous sur la page « contacts » du site.


(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)


Vous n'êtes pas abonné ?

 

Haut de page

Sommaire

Rechercher par mots clés