consultation guide des usages, du protocole et des relations publiques

consultationGuide des usages, du protocole et des relations publiques

IV • La communication

Fiche pratique n° 9 LES USAGES AU MAROC

 

Cette fiche pratique évoque le savoir-vivre et les pratiques sociales au Maroc. Ceci dit, il ne faudrait pas s’imaginer que les us et coutumes soient absolument uniformes dans tout le royaume. Selon leur lieu d’habitation, les Marocains diffèrent souvent plus ou moins par leurs coutumes, autant que par leur accent et par leur dialecte.

 

Le Maroc est un pays moderne ayant gardé ses traditions ancrées dans les mentalités.

 

A - L’accueil

 

Le Marocain est très accueillant et peut vous inviter dans sa demeure en vous offrant un bon thé à la menthe avec des gâteaux traditionnels (mlouza, ghribiya, cornes de gazelle…) ou pour un repas traditionnel (couscous, tagine, pastilla…). La civilité et la politesse marocaines apparaissent dans toutes les manifestations de la vie. Le Marocain a toujours cherché à être bienséant et à agir de manière à ce que l’autre soit à l’aise.

 

À savoir !
La poignée de main est très chaleureuse et peut se terminer par un enlacement et une bise entre les hommes.
Les femmes peuvent refuser la poignée de main. Pour éviter tout malentendu, il est préférable pour un homme d’attendre que la femme tende la main pour saluer, que ce soit dans le monde professionnel ou en société. Plusieurs quiproquos ont parfois lieu à ce moment-là même si les choses évoluent ; aujourd’hui on compte beaucoup de femmes marocaines parmi les dirigeants d’entreprise et elles savent que, dans les affaires, le genre n’existe pas.


 

Astuce !
 
Si vous décidez de tendre la main spontanément et que la personne face à vous ne répond pas au salut en tendant sa main, réunissez votre main gauche à la droite et posez la main droite sur le cœur. Le message que vous transmettez est : « Je respecte votre décision de ne pas saluer ».
 

 

B - Le baisemain

 

Cette coutume peut attirer l’attention des étrangers qui viennent au Maroc. On baise la main par respect aux personnes âgées, qu’elles soient de sexe féminin ou masculin. C’est aussi la façon de saluer un savant (Alem) ou le Souverain.

 

C - La cuisine locale

 

La cuisine marocaine est riche de nouvelles saveurs. Chaque région a ses propres plats et c’est une occasion de les découvrir : le couscous aux sept légumes ou au poulet sucré-salé, la pastilla au poulet ou au poisson, les différents tagines, le tanjia marrackchi…

Les chefs marocains de renommée ont modernisé la cuisine marocaine. Vous pouvez trouver dans différentes villes des plats revisités par des chefs dans des restaurants gastronomiques.

 

Astuce !
 
Si vous invitez un Marocain chez vous, pensez à proposer des mets halal et sans alcool.
 

 

À éviter !
Si vous avez un chien, évitez de l’amener avec vous dans une famille marocaine. Si c’est le cas, ne l’autorisez pas à s’asseoir sur le sofa.


 

D - La ponctualité

 

Il faut reconnaître que la ponctualité marocaine est quasi inexistante sauf pour les nouveaux entrepreneurs marocains qui ont compris que le « temps vaut de l’or ». Pour comprendre cette ponctualité, je vous invite à écouter Ismail Boukili(*), mathématicien marocain qui a fait sa recherche sur ce réputé « rendez-vous marocain ». Il conclut qu’il faut considérer 35,7 minutes comme le temps d’attente lors d’un rendez-vous marocain !

 

E - La période du ramadan

 

Le Maroc étant un pays musulman, le Marocain ne peut se nourrir les jours de ramadan parce que c’est illicite. Il est de bon ton de ne pas ripailler devant les Marocains, de ne pas fumer devant eux. À défaut de jeûner avec eux, soyez discret quand vous vous sustentez, entre le lever du jour et la tombée de la nuit. Le ramadan dure un mois. La date du début et de la fin du ramadan est aléatoire et elle est proclamée par le ministère des Habous par un communiqué officiel.

 

F - Le repas durant le ramadan

 

Le Marocain aime toujours être un grand seigneur, très hospitalier et aime offrir, même pauvre. Il peut vous inviter à rompre le jeûne avec lui durant la période du ramadan. Chaque région a son propre rituel. La table basse ronde sera ornée des plus beaux services de table y compris la nappe brodée et les serviettes assorties. La soupière au milieu et les bols individuels viennent compléter le service. Vous y trouverez des dattes, des gâteaux au miel, des œufs durs. Par la suite, le thé et le café seront déposés avec du sellou et des salés. Au retour de la prière, le dîner est déposé.

L’étranger peut être surpris par la quantité et la richesse de la nourriture déposée mais c’est un rituel propre au mois du ramadan durant lequel le Marocain se fait plaisir en dégustant un bon repas en famille.

 

À éviter !
Ne critiquez pas le mode de gouvernement du pays, ni les dirigeants en les tournant en dérision, même si vos pensées divergent. De même pour les coutumes locales en imposant vos propres habitudes.
Les Marocains sont dotés d’un certain humour, ils aiment la plaisanterie, l’ironie a une place importante dans la société marocaine, mais dans certaines limites…


 

G - Les pourboires

 

Les pourboires sont une manière de remercier le service. Ils correspondent en moyenne à 10 % du montant total de la note. Ils ne sont pas obligatoires, mais restent d’usage.

 

H - Les périodes festives

 

Le calendrier musulman est un calendrier lunaire. Les fêtes musulmanes s’appuyant sur ce calendrier pour fixer leur date le jour de leur célébration varient ainsi d’une année à l’autre. Le ministère des Habous communique la date de la célébration des fêtes religieuses suite à l’observation de la lune.

 

1- « Aïd Al Fitr » (la petite fête).

C’est la fête de la rupture du jeûne célébrée le lendemain du ramadan. C’est un jour férié. C’est un jour de détente où la famille se réunit autour d’un petit-déjeuner copieux et festif. Une aumône est distribuée en ce jour, dès le petit matin, appelée « fetra » c’est-à-dire « ration de rupture du jeûne ». À chaque membre de la famille, il est donné une somme d’argent décidée à l’avance. Par exemple, 1 euro par personne, par foyer.

 

2- « Aïd Al Kébir » (la grande fête).

La célébration de cette fête coïncide avec la saison du pèlerinage à la Mecque. La tradition veut que le mouton soit sacrifié dans tous les foyers marocains selon des coutumes ancestrales.

Certains touristes ou étrangers pourraient s’étonner que de telles traditions puissent encore être suivies, alors que la vie moderne a imposé à de nombreuses familles de quitter les grandes maisons pour des appartements en immeuble. Mais l’attachement aux traditions ne connaît pas d’obstacle et l’on voit souvent, la veille de la fête, des scènes surréalistes comme celle d’un mouton dans la salle de bains ou sur le balcon ou encore d’un monsieur en costume de ville poussant devant lui un mouton récalcitrant dans la rue.

 

3- Le « Mouloud » (la nativité du prophète Mohammed), le 12 Rabia 1er, 570 de l’ère chrétienne.

C’est un jour férié dans la plupart des pays musulmans. La famille marocaine se réunit et rend visite aux parents et amis pour échanger des vœux et renouer les liens qui pourraient être distendus par une trop longue absence.

 

4- Le 1er Moharrem.

C’est le jour de l’an musulman, il est férié au Maroc. Le premier Moharrem marque le début de l’année musulmane. Cette année, nous avons célébré l’année 1440.

 

5- Achoura.

L’« Achoura » n’est pas une journée fériée. Il reste un simple jour de recueillement qui correspond au dixième jour de 1er Moharrem. La tradition veut que ce jour-là, les enfants reçoivent des cadeaux et la tradition veut que dans les souks s’installent des « kermesses » où l’on vend des jouets et des friandises à base de nougat et d’amandes.

 


I- La tenue traditionnelle

 

La tenue traditionnelle est portée lors d’un mariage ou d’un baptême. L’homme peut cependant porter la tenue traditionnelle le vendredi, jour sacré au Maroc pour aller prier à la Mosquée à la pause déjeuner. La femme se contentera de la djellaba moderne plus courte et sobre pour la porter au travail.

 

La tenue traditionnelle pour l’homme : djellaba, chemise, seroual kandrissa, tarbouch rouge « Le Fez », babouche ou « belgha » traditionnelle jaune.

La tenue traditionnelle pour la femme : takchita composée de qmiss (une tunique qui se glisse sous le caftan), dfina (caftan) qui recouvre l’ensemble en plus d’une ceinture (mdama).

 

Astuce !
 
Quelques mots à retenir :
Salam Alekum / Msal’khir : Bonjour ou bonsoir.
Labass ? : Comment allez-vous ?
Smahli : Pardon.
Bsslama : Au revoir.
Choukran (bezaf) : Merci (beaucoup).
Ouakha / lae : Oui / non.
Chhal ? : Combien ?
Marhba : Bienvenue.
 

 

J - Les réseaux et les associations.

 

Plusieurs réseaux professionnels permettent aux étrangers de se retrouver pour développer leurs affaires, pour avoir plus de visibilité et pour élargir leurs contacts. On peut citer la chambre de commerce française, la chambre de commerce espagnole et la chambre de commerce marocaine, le réseau Entreprendre et le Business International Networking (BNI).

Des associations sont également présentes pour accueillir les francophones : Tanger Accueil, Casa Accueil, Rabat Accueil, Maroc Amitié. Ces associations proposent des activités telles que la découverte de la ville, des cours d’apprentissage de la langue, la darija, la découverte de la culture marocaine (atelier danse, cuisine)…

 

La société marocaine est en pleine mutation. L’installation de la LGV, la ligne à grande vitesse marocaine, a permis un gain de temps pour les entrepreneurs qui désirent travailler en dehors de leur ville et se déplacer aisément. Les entreprises étrangères s’installent et drainent l’économie. On sent une volonté de modernisation qui se remarque par la construction de routes, de ports (Tanger Med I et Tanger Med II), de ponts et des ouvertures de lignes aériennes par différentes compagnies low cost vers l’Europe.

Cependant, comme l’a écrit Mohamed El Alami dans son ouvrage « Le protocole et les us et coutumes au Maroc » : « Si la vie moderne attire le Marocain, s’il rêve d’être motorisé et « gadgétisé » à souhait, l’existence n’aurait guère de prix à ses yeux si elle était démunie de charmes un peu vieillots de son genre de vie ancestral, qui vont… depuis la dégustation d’un bon verre de thé à la menthe préparé selon les règles, jusqu’à l’étalement sybaritique sur ces sofas mauresques bourrés de laines qu’il transporte avec lui, même dans ses migrations à l’étranger ».

 

Pour en savoir plus
« Le protocole et les us et coutumes au Maroc » de Mohamed El Alami.
Le site pour le calendrier des fêtes marocaines : http://www.habous.gov.ma/fr/
Cuisine marocaine : « Le discours amoureux des épices » de Fatema Hall.
Ismail Boukili : https://youtu.be/DIO1Svv4K3Q / La ponctualité marocaine.
Le guide du diplomate marocain : https://docplayer.fr/10291771-Guide-du-diplomate-marocain.html


 

Mariam FILALI MEKNASSI.

Consultante-formatrice en étiquette et protocole.

Conseillère en image et communication.

www.businessetiquetteetprotocole.com

 

Pour consulter le contenu dans son intégralité ...

Vous devez être abonné.

Contenu réservé

J'ai un compte

Je m'identifie

Je n'ai pas encore de compte :

Je crée mon compte
 

Vous possédez un compte si vous êtes inscrit sur un des sites du Groupe Territorial ou sur le site lagazettedescommunes.com. Utilisez votre identifiant et votre mot de passe pour vous connecter.


Les sites du Groupe territorial

 

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Pour exercer ce droit d'accès, cliquer sur la rubrique « Mon compte » du site web ; pour obtenir communication des informations vous concernant, rendez-vous sur la page « contacts » du site.


(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)


Vous n'êtes pas abonné ?

 

Haut de page

Sommaire

Rechercher par mots clés