La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

115 €

« C'est la métropole qui est ringarde »

Article du numéro 459 - 01 mars 2013

Leader

Magali Giovannangeli
Présidente de la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Étoile. L'élue PC est l'une des principales opposantes au projet de métropole marseillaise.
Elle répond à nos questions

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 459

Télécharger cet article en PDF

Vous étiez reçue avec d'autres maires de l'agglo d'Aubagne par Maryse Lebranchu, ministre de la Réforme de l'État. En êtes-vous ressortie rassurée ou inquiète ?

Je n'ai ressenti aucun de ces deux sentiments. L'immense majorité des maires des Bouches-du-Rhône refuse le principe d'une grande métropole européenne. Nous militons pour une autre formule, celle d'un Établissement public opérationnel de coopération (EPOC). À l'évidence, Marylise Lebranchu sait écouter, mais elle répète toujours la même chose, à savoir que le principe d'une métropole est indiscutable pour sortir Marseille de l'ornière et que les cinq autres intercommunalités autour de la ville disparaîtront (1). On peut souligner une petite évolution du fait qu'elle nous a assuré qu'elle examinerait de près le mode de fonctionnement de l'EPOC. Toutes les semaines, les maires des grandes villes et des intercos concernées se réunissent pour travailler à sa fondation. Nous voulons que l'État fasse confiance aux élus locaux.


Le président de Marseille Provence Métropole, Eugène Caselli, assure que la métropole apportera plus de ressources fiscales à tout le monde...

Notre refus de cette métropole n'est pas une simple posture : nous ne voulons pas d'une recentralisation qui détruira à terme le rapport de proximité avec le citoyen ; nous sommes dans le flou complet quant à la fiscalité unique de cette métropole, sans visibilité sur les retombées pour chaque territoire. Nous ne sommes pas là pour payer la casse, organisée par l'État et la ville de Marseille, de la deuxième ville de France. Bien sûr, nous avons tout intérêt à ce que Marseille redynamise son économie mais pas dans n'importe quelles conditions. On ne balaie pas le besoin de mieux vivre par le mieux-disant fiscal. À la métropole, nous opposons le principe de coopérations librement consenties.


Vos opposants assurent que vous avez eu la possibilité de le démontrer avec le syndicat mixte des transports mais que le projet est resté lettre morte...

Le reproche est trop facile. Effectivement, le pôle métropolitain dans lequel les 9 intercommunalités des Bouches-du-Rhône étaient engagées travaillait sur la problématique des transports et nous étions confrontés à certaines résistances. Lorsque nous sommes parvenus à dégager une perspective de consensus, notamment sur un versement transport unifié, le Premier ministre est arrivé à Marseille pour annoncer la création d'une métropole. Nous n'avons pas donc pas eu l'occasion d'aller au terme du processus.


Quand on observe ce qui se passe dans l'agglo lyonnaise, où le concept métropolitain est vécu comme une opportunité, n'avez-vous pas le sentiment de mener un combat d'arrière-garde ?

Je me révolte contre cette idée de « modernité » de la métropole. C'est, au contraire, un concept qui devient ringard. Je participe à un des réseaux de villes les plus anciens, transfrontière sur le plan politique, Cités et gouvernements locaux unis (CGLU). Les grandes métropoles, telles Mexico, se rendent compte qu'elles ne peuvent plus répondre aux besoins de proximité exprimés par les habitants. Cet éloignement complique la tâche des élus. Barcelone, qui reste une ville riche et prospère malgré la crise espagnole, a du mal à agir sur le plan social du fait de son organisation métropolitaine. C'est pour cette raison que nous nous battons avec autant de détermination. Ce qui se passe sur ce dossier dépasse le sujet de l'organisation institutionnelle de l'agglomération marseillaise. Elle pose la question du rapport de confiance entre les élus et l'État.

(1) Seule la partie arlésienne du département conserverait son « indépendance » intercommunale.