Associations mode d'emploi

Accueil > Magazines > Associations mode d'emploi

Associations mode d'emploi

Associations mode d'emploi , le mensuel de référence des professionnels et bénévoles associatifs.
Chaque mois tout ce dont dont vous avez besoin pour bien gérer votre association : L'actualité, pour ne manquer aucune information importante du secteur associatif ; Le juridique pour vous aider à clarifier votre vision sur des sujets complexes ; L'argent, pour optimiser les finances de votre association ; Les partenariats, pour vous accompagner dans vos relations avec les collectivités locales et les pouvoirs publics; les différents secteurs d'activités (sport culture, social...) pour une information plus ciblée ; et enfin les ressources humaines, pour gérer vos salariés et motiver vos bénévoles.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

85 €

Service civique : un objectif irréalisable ?

Article du numéro 142 - 05 octobre 2012

Débat

Un peu plus de 2 ans après sa création et alors que l'objectif initial était d'atteindre 10 % de la classe d'âge concernée, soit environ 75 000 jeunes, le nouveau gouvernement souhaite porter le nombre de jeunes accueillis en service civique à 100 000. Cet objectif est-il réalisable ?

Les possibilités d'accueil et les moyens financiers ont limité l'accueil des jeunes en service civique à 15 000 jeunes en 2011 et sans doute (chiffre encore prévisionnel) à 25 000 en 2012. Comment dans ce cas peut-on imaginer atteindre le seuil des 100 0000 ? Si plus de 40 000 jeunes ont souhaité être candidats pour un service civique, tous n'ont en effet déjà pas pu obtenir un poste.

Actuellement, plus de 1 000 structures ont été agréées pour accueillir des volontaires, essentiellement des associations (84 %), suivies de très loin par les collectivités et les établissements publics (7 % chacun), les syndicats et les fondations (1 % chacun). Pourquoi cet hiatus ? Par le passé, le groupe de travail initié par le journal La Vie puis l'Institut Montaigne avaient attiré l'attention sur les coûts et les risques d'un tel développement si le projet ne s'inscrivait pas dans un choix de société. À l'époque, Coordination Sud avait également évoqué la nécessité de redéfinir le « contrat social » qui permettrait d'envisager des travaux d'utilité collective dans lesquels les jeunes pourraient s'engager sans que cela ne remette en cause ni le droit du travail (le volontariat pouvant être une forme de dérégulation du contrat de travail), ni l'apport des bénévoles dans les structures qui font appel à leurs compétences. Des risques qui n'ont peut-être pas été totalement évités...

Ce ne sont pourtant pas les missions qui manquent !

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 142

Téléchargement

Téléchargez ce contenu (format PDF, 73.32 Ko) .