consultation guide des usages, du protocole et des relations publiques

consultationGuide des usages, du protocole et des relations publiques

I • Les relations directes

Fiche pratique n° 1 POIGNÉE DE MAIN, BAISEMAIN, BISES… LA MEILLEURE MANIÈRE DE SE SALUER

 

A - La poignée de main

 

La poignée de main est un geste effectué le plus souvent en guise de salutation, mais aussi de remerciement, d’accord ou de reconnaissance.

 

Deux versions, assez similaires toutefois, expliquent l’origine de cette pratique :

- selon la première, qui remonte au temps des chevaliers, tendre la main droite – car tous les chevaliers étaient formés pour être droitiers – indiquait que l’on n’avait pas l’intention de dégainer son épée pour s’en servir contre la personne d’en face ;

- selon la seconde, la poignée de main permettait aux interlocuteurs de montrer qu’ils venaient sans arme, qui aurait pu être cachée dans le poing ou la manche.

 

Aujourd’hui, la poignée de main est très utilisée en Occident. C’est le premier et le dernier contact entre les individus. Elle signifie que les deux interlocuteurs s’estiment et se considèrent de même niveau.

 

1. Les étapes d’une poignée de main réussie

 

C’est la personne la moins élevée dans la hiérarchie des préséances qui tend la main la première, ce qui permet à la personne la plus élevée de refuser éventuellement de rendre la pareille.

 

Traditionnellement, ce sont les hommes qui tendent la main en premier. De plus en plus, dans les affaires, les femmes se servent de ce moment pour montrer qu’elles sont les égales des hommes.

 

2. Les différentes phases de la poignée de main

 

1/ Présentez la main droite, pouce vers le haut.

2/ Regardez la personne dans les yeux, sans trop d’insistance.

3/ Souriez de façon avenante.

4/ Faites un geste de l’avant-bras en donnant votre nom et éventuellement vos titres ou fonction :
« Robert Dupont, directeur des transports de Labelleville ».

5/ Souriez encore !

6/ La poignée de main doit être assez rapide. Elle est ferme, sans « broyer les os » de votre interlocuteur.

 

À éviter !
 
La poignée de main condescendante : la main gauche recouvre les deux mains droites.
La main molle (ou poisson mort) : elle laisse une mauvaise impression, car elle dénote un manque de confiance, un dédain, un certain snobisme.
La « pompe à eau » : mouvement vertical sec, comme pour actionner une pompe à eau.
Le broyeur : ne broyez pas les os avec une poignée de main trop robuste, une légère pression suffit. Paradoxalement, les femmes se comportent souvent de la sorte avec leurs interlocuteurs masculins, comme pour prendre l’ascendance au premier contact.

 

B - Le baisemain

 

L’art du baisemain remonte au Moyen-Âge, lorsque les vassaux embrassaient la main que leur tendait le seigneur. La galanterie s’est emparée de cet usage, aujourd’hui plus rare qu’il a pu l’être. Le baisemain est encore actuellement une marque de respect dont on use dans certaines circonstances formelles pour saluer une femme.

 

Le baisemain ne s’improvise pas, au risque, dans le meilleur des cas, d’amuser celle à qui il se destine, voire de l’embarrasser.

 

Le baisemain véhicule une image surannée. Il faut en connaître les codes pour le pratiquer, uniquement lorsque toutes les conditions sont réunies. Dans le doute, la plupart du temps il faut mieux s’abstenir.

 

1. Les écueils du baisemain

 

Le baisemain ne se pratique jamais dans les lieux publics, ni en plein air – à moins de se trouver dans un jardin privé ou sur le parvis d’une église. Le baisemain est à réserver aux salons et aux lieux privés.

 

Le baisemain ne se pratique que d’homme à femme. Il est destiné aux femmes mariées, qui l’ont été ou qui occupent une place sociale de premier plan.

 

Il est généralement réservé à la maîtresse de maison au moment où celle-ci reçoit (ou au moment de prendre congé à la fin de la soirée). Si d’autres femmes sont présentes, il est inutile de se lancer dans une séance de baisemain collective. Il est d’usage alors de serrer délicatement leur main en s’inclinant légèrement.

 

2. Comment réussir le baisemain

 

1/ L’homme se place face à la dame en inclinant légèrement la tête.

2/ La femme tend sa main droite dégantée, paume vers le bas.

3/ L’homme ne doit pas prendre un air trop martial, au risque de paraître ridicule ou d’effrayer la dame à laquelle il veut rendre hommage.

4/ L’homme place sa main droite en contact, paume vers le haut, sous la main tendue de la dame.

5/ L’homme incline son corps et son visage jusqu’à effleurer la main de la dame. En aucune façon il ne doit embrasser la main de la dame. C’est pourquoi, pour un contrôle optimal de son geste, il ne doit absolument pas remonter la main de la dame vers son visage, mais plutôt incliner son visage vers la main.

6/ La dame honorée doit connaître cet usage et se laisser guider. Elle doit garder un bras et une main à la fois souples et fermes, qui se laissent porter par la main. Elle ne doit surtout pas anticiper le mouvement et relever son bras, au risque que sa main entre en collision avec le nez de l’homme…

 

Denis Thatcher et Nancy Reagan (1988)


Source : Maison Blanche (photo libre de droits).

 

C - Les « bises »

 

« Se faire la bise » est une passion française qui fait vraiment partie de notre quotidien.

 

1. Quand se fait-on la bise ?

 

Les Français s’embrassent au moins une fois par jour. Le matin quand ils arrivent au travail, lorsqu’ils arrivent chez des amis, pour les grandes occasions (nouvel an, anniversaires…), lorsqu’ils reçoivent un cadeau, lorsqu’ils quittent un groupe…

 

2. À qui fait-on la bise ?

 

Généralement, les femmes, quand elles sont assez proches, se font la bise entre elles. Les hommes peuvent se faire la bise en signe de salut quand ils sont amis très proches ou membres d’une même famille.

 

Dans le cadre professionnel, il ne faut jamais prendre l’initiative de faire la bise à son supérieur hiérarchique ; il faut toujours attendre que ce soit lui qui le propose (que l’on soit homme ou femme).

 

Entre collègues, à un niveau hiérarchique équivalent, c’est la personne la plus âgée qui prend l’initiative. Ensuite, comme pour le tutoiement, il est difficile de revenir sur cette pratique, à moins que l’on veuille signifier ouvertement que les relations se sont distendues.

 

3. Comment fait-on la bise ?

 

Se faire la bise crée une promiscuité immédiate… Si l’on ne connaît pas bien la personne, il est conseillé d’agir avec retenue : il suffit d’effleurer la joue. Habituellement, on présente d’abord la joue gauche puis la joue droite.

 

Attention
Il est conseillé de faire preuve de tact avec des interlocuteurs étrangers. Les Anglo-Saxons et les Asiatiques sont généralement « allergiques » à cette pratique typiquement latine (et surtout française).


 

4. Combien de bises ?

 

C’est la grande question… Le site http://combiendebises.free.fr/ s’est penché sur le sujet, en cartographiant, à l’aide de sondages, le nombre de bises propre à chaque région de France. La carte fait ressortir des pratiques très différenciées d’un bout à l’autre de l’Hexagone.

 


Source : Le Parisien / http://combiendebises.free.fr

 

D - Autres façons de se saluer

 

1. Le « hug »

 

Cette « étreinte d’ours », épaule contre épaule, avec une petite tape dans le dos, est très populaire aux États-Unis. Généralement, l’enlacement dure deux à trois secondes… ce qui peut paraître une éternité !

 

2. Les « checks »

 

Mouvements des mains et des bras très populaires chez les rappeurs et les (très) jeunes… Ce style urbain est prohibé dans le cadre du travail.

 

3. Le « fist bump »

 

Ce salut poing contre poing, très apprécié par le président Obama, diminuerait de 90 % le nombre de bactéries échangées.

 


Michelle et Barack Obama échangeant un « fist bump »


Source : Maison Blanche (photo libre de droits)

 

E - Les salutations dans d’autres cultures

 

Pays 
AllemagnePoignée de main franche, mais brève. L’homme s’incline légèrement lors des salutations.
BrésilUne longue poignée de mains est de rigueur à l’arrivée et au départ. Elle s’accompagne d’un contact visuel direct. C’est aussi une offense de ne pas regarder les Brésiliens dans les yeux lorsqu’on leur parle.
CanadaLa poignée de main est très utilisée. Les hommes ou les femmes tendent la main en premier. Le genre a peu d’importance en affaires, ni dans les relations politiques ou diplomatiques.
ChineLa poignée de main se développe, mais reste un peu timide. Les Chinois saluent en inclinant la tête à partir des épaules. Ils peuvent applaudir lors d’une rencontre. Si c’est le cas, faites de même. Le contact visuel est généralement bref et timide.
EspagneL’accolade se pratique très rapidement. De façon générale, les salutations sont très chaleureuses. Le contact visuel est important car il reflète la sincérité.
États-UnisLors des premiers contacts, ils utilisent des formules plutôt banales comme « how do you do ? » et serrent la main. Par la suite, ils peuvent devenir plus familiers en utilisant le « hug », la fameuse accolade américaine.
IndeLes Indiens pratiquent la poignée de main surtout dans les villes, où ils sont en contact avec des Occidentaux. Les femmes se serrent la main entre elles et les hommes entre eux. Si vous ne savez pas comment agir, attendez que l’autre personne tende la main.
ItalieLes Italiens misent beaucoup sur la première impression et l’apparence. Comme vous êtes l’invité, on vous présentera en premier. La poignée de main doit être ferme et s’accompagne d’un contact avec les yeux en signe de respect. Rapidement, les hommes s’embrassent et les femmes se font la bise.
JaponLes Japonais saluent et s’inclinent à partir de la taille. Le premier salut est plus grand que les autres. Il est plus court et plus bas envers les supérieurs. Il faut regarder par terre lors des saluts. Le contact visuel est timide et bref.
PortugalUne poignée ferme et chaleureuse. Les hommes se font vite l’accolade et les femmes s’embrassent sur les deux joues.
Royaume-UniAu premier abord, les Anglais peuvent sembler un peu froids. Leur poignée de main est franche, mais un peu légère. Les hommes s’attendent à ce que les femmes présentent leur main en premier. Dans certaines situations très formelles de l’aristocratie, le baisemain est encore courant.
RussieOn utilise le nom de famille, jamais le prénom, à moins d’être intimes. La poignée de main est ferme et rapide.

 


Fabrice JOBARD

Directeur de la communication

Formateur en protocole

http://www.protocole.info

 

Pour consulter le contenu dans son intégralité ...

Vous devez être abonné.

Contenu réservé

J'ai un compte

Je m'identifie

Je n'ai pas encore de compte :

Je crée mon compte
 

Vous possédez un compte si vous êtes inscrit sur un des sites du Groupe Territorial ou sur le site lagazettedescommunes.com. Utilisez votre identifiant et votre mot de passe pour vous connecter.


Les sites du Groupe territorial

 

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Pour exercer ce droit d'accès, cliquer sur la rubrique « Mon compte » du site web ; pour obtenir communication des informations vous concernant, rendez-vous sur la page « contacts » du site.


(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)


Vous n'êtes pas abonné ?

 

Haut de page

Sommaire

Rechercher par mots clés