La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

119 €

Relancer et renforcer l'Europe

Article du numéro 415 - 01 février 2011

Idées

Voici un ouvrage qui fera bondir les souverainistes et qui ragaillardira les partisans d'une intégration et d'un fédéralisme accrus en Europe. Laurent Cohen-Tanugi assemble, dans un essai militant, ses thèses et préconisations. Avocat des deux côtés de l'Atlantique et essayiste prolixe, l'auteur a, notamment, été responsable de la mission « L'Europe dans la mondialisation » en vue de la présidence française de l'Union européenne, en 2008.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 415

Télécharger cet article en PDF

Quand l'Europe s'éveillera
Laurent Cohen-Tanugi
Paris, Grasset, 2011, 140 pages, 9 euros


Voici un ouvrage qui fera bondir les souverainistes et qui ragaillardira les partisans d'une intégration et d'un
fédéralisme accrus en Europe. Laurent Cohen-Tanugi assemble, dans un essai militant, ses thèses et préconisations. Avocat des deux côtés de l'Atlantique et essayiste prolixe, l'auteur a, notamment, été responsable de la mission « L'Europe dans la mondialisation » en vue de la présidence française de l'Union européenne, en 2008.

Le projet européen a permis paix et prospérité. Ses partisans soulignent, aujourd'hui, ses insuffisances et ses ornières. Sans réaction vive, l'Union est condamnée à la bureaucratie inutile, voire à l'éclatement. Laurent Cohen-Tanugi, fédéraliste convaincu, livre ses inquiétudes mais nous donne aussi ses solutions, pour sortir du déclin.


Le déclin européen

L'auteur scrute le ralentissement européen, dans un contexte d'accélération de la mondialisation. L'Union européenne, face à la crise, a certes agi, mais a beaucoup tangué. Si les dommages immédiats ont été atténués, la reprise en est également amortie. Les écarts d'une union économique et monétaire déséquilibrée fragilisent la zone euro. Depuis Maastricht, en réalité, l'euroscepticisme augmente. Parallèlement, l'Union s'est lancée dans l'aventure du droit mou de la stratégie de Lisbonne et de la méthode ouverte de coordination (la célèbre MOC). Des objectifs grandiloquents, mais non contraignants, ne sont pas atteints.

Plus grave : la vieille Europe, coincée entre les dynamismes américain et asiatique, voit s'accentuer ses déficiences (démographique, technologique, identitaire). Son influence et sa puissance vont déclinantes. Les programmes et préoccupations se fragmentent et se renationalisent. Bref, l'état de l'Union européenne n'est pas glorieux.


Pour une relance européenne

Laurent Cohen-Tanugi n'est pas tendre avec la nouvelle stratégie dite « UE 2020 » (à horizon de dix ans donc). L'auteur ne signale pas seulement les carences d'une Union inachevée et impuissante. Pour sortir de la paralysie, il plaide, en reprenant une expression appréciée de Jacques Delors, pour une « fédération d'États-nations ». Il en appelle aux chefs d'État pour faire le choix clair de l'approfondissement, avec quelques révisions majeures : européanisation de l'élection des eurodéputés, autonomisation du budget européen (avec la création et l'identification d'un impôt européen), fin des procédures référendaires nationales de ratification des traités (une proposition qui ne manquera pas de faire tousser fortement), fin, en matière constitutionnelle, de la règle de l'unanimité (ce qui fera, à nouveau, tousser).

La référence à Alain Peyrefitte, contenue dans le titre, est un clin d'½il qui pourrait laisser espérer des lendemains qui chantent. Mais l'auteur montre son pessimisme, raisonné, et complète ce titre par une formule qui commande des réactions rapides et puissances. En effet, quand l'Europe s'éveillera, « il sera peut-être trop tard »...