La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

129 €

Un réseau au service de l'expertise territoriale

Article du numéro 412 - 01 décembre 2010

Tribune libre

Directeur général adjoint du CNFPT et directeur de l'INET depuis mars dernier, Jean-Marc Legrand s'est vu confier au 1er décembre la responsabilité du nouveau réseau des instituts du CNFPT qui regroupe les nouveaux INSET. Rapport d'étonnement, quelques mois après son arrivée.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 412

Télécharger cet article en PDF

Pour filer la métaphore marine, le CNFPT est une nef solide, complexe à piloter, difficile à faire dévier de son erre, mais finalement efficace quand une direction claire est fixée, comme son projet national de développement récemment adopté. Qui d'autre aurait pu relever le défi de la formation d'intégration des catégories C et B édictée par la loi du 19 février 2007 ? Moins de deux ans après sa promulgation, 57 000 territoriaux en ont bénéficié grâce à la mobilisation de ses 29 délégations régionales.

Autour de lui, la flottille est riche. Ce qui frappe, c'est le foisonnement des initiatives portées par les conseillers formation et les responsables des structures, avec le regard critique, beaucoup plus éclairé qu'on le dit, des conseils paritaires. Lors du séminaire qui réunit tous les deux ans l'ensemble des cadres du CNFPT, le salon des initiatives est l'occasion de mettre en valeur toutes ces richesses, qui portent autant sur les outils pédagogiques que sur l'observation de l'emploi territorial, la veille sur les politiques publiques locales ou le conseil aux collectivités en matière de formation et de GRH.


Un attachement aux écoles

Cette affirmation peut paraître surprenante tant les anciennes ENACT ont été critiquées. La loi du 19 février 2007 aurait pu les encalminer définitivement. La réduction de la formation initiale des cadres, ramenée à 5 jours contre 60 auparavant, leur a imposé de réduire la voilure.
Mais voilà qu'aujourd'hui, beaucoup estiment urgent de renouer avec une formation garante de la culture territoriale et des valeurs de service public et réclament l'allongement de la durée des formations obligatoires. De nombreux cadres évoquent avec nostalgie leurs premières formations dans les ENACT. D'où notre volonté de fixer de nouveaux horizons aux INSET (Instituts nationaux spécialisés d'études territoriales) pour offrir aux cadres territoriaux une large palette de formations permettant d'aller bien au-delà des formations réglementaires.

Le vaisseau amiral l'INET est resté plus à l'abri de la tempête. Ses formations sont plébiscitées, notamment par les anciens stagiaires de ses cycles phares, le cycle des directeurs généraux et le cycle supérieur de management qui fête son 25e anniversaire, son 1 000e entrant et sa « mastérisation » avec l'Université de Versailles-Saint-Quentin ! Des intervenants de grande qualité, une pédagogie active, les ETS ancrés dans le paysage territorial, ont fait de l'INET l'autre grande école de service public.


Un esprit réseau à développer

Mais beaucoup reste à faire. Trop de cadres - pourtant avides de sortir la tête de l'eau - ne prennent pas assez l'air du large. Le nouveau réseau des instituts du CNFPT a choisi d'aller vers eux : mercredis de l'INET à Paris, ateliers de la réforme territoriale en région, colloques, séminaires d'échanges de pratique, journées d'actualité, autant de réponses nouvelles et pro-actives.
Le développement de pôles de compétences permettra de créer un véritable réseau de l'expertise territoriale, apte à offrir des formations expertes, à développer des réseaux professionnels et à produire des ressources capitalisables et partageables. Tel est le sens des futurs « e-réseau cadres de direction » et « wikiterritorial ». La lisibilité et la valorisation de leur offre de formation sont un de nos principaux axes de progrès. La spécialisation des instituts est une première réponse.
D'autres avancées restent à venir, mais nous sentons déjà que les alizés nous poussent dans la bonne direction, celle d'un service public local de qualité.