La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

Internet, nouvel eldorado citoyen ?

Démocratie locale

Blogs, forums, chats, réseaux sociaux... Depuis le début des années 2000, émergence du Web 2.0 - terme désignant une utilisation plus interactive et participative d'Internet - les outils d'échanges et de débats en ligne se sont multipliés. Des collectivités, soucieuses de développer leur démocratie locale, se sont naturellement emparées de ces instruments. Ont-elles atteint un eldorado citoyen lové au sein d'Internet ?

Envoyer cette page à un ami

La Lettre du Cadre Territorial numéro 410 (1er novembre 2010)

Un article de M Franck Plasse

Télécharger cet article en PDF

Pour la Direction de l'information légale et administrative, « Internet pourrait répondre à la crise de la représentation qui se manifeste notamment par une abstention électorale croissante. Il favorise la mobilisation des citoyens sur toutes sortes de questions importantes, sans médiation des institutions et des organisations politiques ». Et le service d'ajouter : « Internet pourrait compléter la démocratie représentative en corrigeant ses insuffisances par une dimension plus participative ». Une perspective alléchante pour les collectivités ! Le foisonnement de leurs initiatives depuis dix ans permet de cerner les conditions de réussites de cette promesse... mais aussi d'en constater les limites.


Les facettes de l'Internet citoyen

L'association Villes Internet recense des milliers d'expériences de collectivités (www.villes-internet.net). Leur classement fournit une présentation des différentes facettes de l'internet citoyen.
- Information : l'information est la première pierre de la citoyenneté en fournissant aux habitants les éléments de connaissance et d'évaluation de l'action des collectivités. On y trouve des outils classiques comme des sites « vitrines », des newsletters, des journaux municipaux en ligne... C'est la catégorie la plus riche.
- Administration : autre rubrique fortement pourvue, les outils dématérialisés facilitant les démarches administratives : paiement, inscriptions, suivi de dossiers...
- Équipement : tous les citoyens ne sont pas égaux face aux nouvelles technologies. Résorber la fracture numérique passe par des investissements, par exemple pour créer des cyber-espaces publics, équiper les écoles, informatiser les bibliothèques...
- Formation : autre volet de la résorption de la fracture numérique : faciliter l'usage des technologies. Les enfants, les seniors et les demandeurs d'emploi sont les publics les plus ciblés.
- Mutualisation : mettre en commun des ressources, par exemple pour partager du savoir, organiser du covoiturage, regrouper l'expression d'associations, etc. Cela développe le lien social.
- Dialogue : enfin, domaine stratégique de la citoyenneté, le dialogue des élus et de la collectivité avec les habitants, ne représente que 7 % des initiatives listées.

Bien sûr, ce recensement n'est pas exhaustif, mais il reflète la situation générale. Le dialogue est donc un champ qui reste encore peu investi par les collectivités. C'est pourtant là que se trouvent les gisements participatifs, ferment de la citoyenneté.


Dialoguer : pas si simple !

Les démarches participatives doivent relever deux défis : augmenter le nombre de personnes mobilisées et impliquer au-delà d'un cercle d'habitants déjà acteurs de la vie locale. La difficulté à se rendre disponible est un frein récurrent à l'engagement citoyen.
La souplesse d'Internet permet à l'habitant de se connecter depuis son domicile, ou son travail, au moment qui lui convient.
Mais la seule proposition ne suffit pas. Fin août, la commune de Vand½uvre-lès-Nancy a mis en place un blog participatif. Trois billets ont été publiés, le premier appelant les administrés à se saisir de cet espace d'échanges : un mois et demi plus tard, le blog n'enregistre toujours aucune réponse - la ville elle-même a d'ailleurs quasi immédiatement cessé d'alimenter le site. Autre exemple à Paris où le récent système de pétition en ligne n'affiche pas des résultats très convaincants : une vingtaine de sujets initiés par les internautes et recevant pour la plupart moins d'une dizaine de signatures - une seule a recueilli plus d'un millier de votes, mais il s'agit clairement d'une opération de communication organisée par des militants contre l'utilisation des animaux dans les cirques. À l'inverse, certaines collectivités sont dépassées. Ainsi, sur le blog de l'Agenda 21 de Courbevoie, les dernières questions d'habitants restent sans réponse ; Fontaine a fermé son forum car les discussions viraient aux querelles personnelles ; Canteleu a désactivé les commentaires de son blog car le service communication n'arrivait pas à être assez réactif...


Quelques clés de réussite

Le décryptage d'expérimentations probantes met au jour quelques clés de réussites.
Les dispositifs de type blog sont plutôt à réserver à des opérations spécifiques, bordées dans le temps, ou à une logique d'information plus que de dialogue, car le rapport entre le nombre de commentaires et le nombre de visites est globalement très faible. En revanche, les réseaux sociaux permettent d'entretenir une relation conversationnelle avec les habitants. Rive-de-Gier utilise ainsi Facebook avec des efforts continus pour transmettre des informations et répondre aux habitants : résultat, la ville fédère une communauté de presque 800 personnes qui questionnent, interpellent... et même défendent spontanément les décisions municipales ! Il est également important d'intégrer la culture « zapping » de l'internaute qu'il est difficile de retenir longtemps sur une même tâche. Ainsi, Agen parvient à recueillir régulièrement plusieurs centaines (parfois milliers) d'expressions sur des sujets locaux via des sondages simples et rapides, construits sur une question et un choix entre deux réponses.
Mais la technique ne remplace pas l'humain. Comme dans toutes les démarches de démocratie locale, l'animation est essentielle. Susciter l'expression, approfondir les réflexions, tempérer les excès, permettre la prise en compte des débats... Ce travail, que connaissent bien les professionnels de la participation, a également besoin d'être conduit pour des actions en ligne. Ainsi les blogs de Pfastatt, considérés comme un modèle de dynamisme, vivent grâce à la motivation du DGS et d'une petite équipe de passionnés.
Enfin, Internet ne peut être le seul terrain de dialogue citoyen et doit s'inscrire dans une démarche globale, avec un panel cohérent d'actions légitimées par une volonté politique. Illustration : l'opération « Flashvote » qui a permis de recueillir l'avis de 1 700 jeunes Bordelais en croisant conseil municipal junior, spectacle, vote par SMS, application Facebook et site internet.
Ces différents exemples montrent qu'Internet n'est pas une panacée, juste un outil. Mais un outil dont il serait dommage de se passer et qui mérite de figurer dans tout « mécano » de démocratie participative.


Le top 4 de 2010

Chaque année, dans le cadre du world e.gov forum, un lauréat se voit remettre le trophée français de l'e-démocratie. Les finalistes présentent tous des actions intéressantes :
- La région Picardie déploie un dispositif très large qui commence sur le terrain avec un réseau de cyber-espaces et trouve un prolongement naturel avec un site qui fait la place belle aux Picards - hébergement de leurs blogs, encyclopédie participative, réseau social des associations, etc.
www.picardie-en-ligne.fr

- Le médiateur de la République est salué pour son espace Le médiateur et vous. Cette plateforme, personnalisable par chaque utilisateur, permet d'échanger avec le médiateur et des experts ainsi que de le rejoindre sur Facebook et Twitter.
www.lemediateuretvous.fr

- La nouvelle version du site internet du Sénat présente un - discret - espace Mon Sénat, paramétrable en fonction des dossiers que veut suivre chaque internaute. Si vous avez 250 000 euros de budget...
monsenat.senat.fr/

- L'association Concert-urbain est distinguée par deux projets. Dring13, soutenu par les villes de Paris et Ivry et la région Ile-de-France, incite les habitants à adresser des « reportages mobiles » - un SMS, une photo, une vidéo - avec leur téléphone portable. Plutôt anecdotique, ce support pourrait révéler tout son potentiel en accompagnement d'une opération spécifique. Tour à tour, également soutenu par Paris et l'Ile-de-France, est un blog associatif vidéo et audio.
www.dring13.org et www.tour-a-tour.org


A lire
« Blog2roubaix.com, le blog qui fait causer... », La Lettre du Cadre Territorial - N° 402 (1er juin 2010)
« Réseaux sociaux : il faut en être ! », La Lettre du cadre territorial n°398 , 1er avril 2010

Pour aller plus loin
« Blogs territoriaux, réseaux sociaux et nouveaux enjeux du web 2.0 pour les collectivités »
Un ouvrage de Territorial Editions. Sommaire et commande sur http://librairie.territorial.fr