La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

119 €

AFIGESE : Innovation à l'honneur

Article du numéro 390 - 15 novembre 2009

Boîte à outils

Le 1eroctobre dernier, l'AFIGESE décernait ses prix 2009 de l'innovation financière. Le jury a sélectionné quatre collectivités, privilégiant l'imagination et la reproductibilité des initiatives. Palmarès.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 390

Télécharger cet article en PDF

Les assises de l'AFIGESE, Association finances, gestion, évaluation des collectivités, rassemblent depuis plusieurs années toujours plus de territoriaux du secteur des finan­ces. Cette année à Lille, sur le thème porteur « Le temps des ruptures, l'heure des choix », on a battu un record de fréquentation avec plus de 400 participants.


Sous le signe de la crise

Comme l'a relevé la synthèse des travaux, élaborée par Alain Guengant, directeur de recherche au CNRS, ces quatorzièmes assises ont ceci de particulier qu'elles sont placées sous le signe de la crise. Les débats ont révélé l'accumulation sans précédent d'incertitudes sur l'avenir des finances locales, et donc des risques qui s'y rattachent. Ce diagnostic, partagé par les ateliers, aboutit à un nouveau ­regard : le « champ de bataille » de la gestion locale tend de plus en plus à se déplacer de la recette vers la dépense. En d'autres termes, les perspectives d'évolution de la fiscalité ­locale après la réforme de la taxe professionnelle déportent la contrainte budgétaire de la ­recette vers la dépense. Agir sur le terrain de la dépense devrait désormais fournir le levier majeur de la maîtrise financière, de la maîtrise des marges de man½uvre et donc des possibilités de poursuivre dans l'avenir les politiques de développement du service public.


Remise du prix

Outre cette ­intense activité de réflexion et d'échanges sur les conséquences de la crise, ces assises ont aussi été l'occasion pour l'AFIGESE de remettre les Prix 2009 de l'innovation financière, en partenariat avec La
Lettre du cadre territorial. Dans trois catégories (finances locales, contrôle de la gestion locale et management ­public ­local), le jury a sélectionné quatre collectivités, pour l'imagination dont elles ont fait preuve et la reproductibilité des initiatives.


Pour aller plus loin
La synthèse des assises est accessible sur le site internet de l'AFIGESE : www.afigese.fr


Bordeaux Glob'alise sa performance

La ville de Bordeaux a mis en place une démarche globale de performance qui mobilise l'ensemble des acteurs (élus, services, managers, agents) et qui incite à travailler en mode projet et à la transversalité. C'est la Glob'. Ce projet a deux finalités : la transparence et la performance. La transparence, en donnant plus de lisibilité aux actions municipales, la performance, en déterminant trois objectifs fixés dans la LOLF : qualité de service, impact socio-économique, efficience. La première marque du projet est la gestion par programmes, niveaux budgétaire et d'écriture des objectifs. La ville construit en complément un système d'évaluation à trois étages des politiques publiques, des programmes et des agents, ces trois niveaux devant s'enrichir mutuellement.
Ce projet est en perpétuelle construction. Il fait l'objet d'une évaluation régulière, qui a pris la forme au printemps dernier d'une enquête interne. Sur le contenu du projet, la stratégie immobilière dédiée aux économies d'énergie est un point essentiel. La construction prochaine d'un schéma directeur immobilier constituera un élément clé du management durable que la collectivité élabore. Enfin, après avoir construit les grands axes d'un nouveau mode de pilotage autour des politiques et programmes, la ville est en train de définir le cadre d'un système décisionnel permettant de faciliter la gestion par programmes.

Contact : Ville de Bordeaux, 05 56 10 20 30


Villiers-le-Bel : un observatoire permanent de la masse salariale

Villiers-le-Bel est de ces communes de banlieue aux besoins immenses et qui ne manquent pas de projets pour y répondre. Mais ici comme ailleurs, ce sont les moyens de fonctionnement qui manquent. Pour « faire beaucoup avec peu de moyens », la commune a choisi de pouvoir, chaque mois, disposer d'une analyse comptable de sa masse salariale, par directions et services, afin de permettre aux cadres d'adapter leurs moyens en ressources humaines aux nécessités de leurs tâches. Depuis 1990, cet observatoire de l'activité municipale constitue une aide précieuse à la décision pour les élus et l'équipe de direction.
Cet instrument comptable s'inscrit dans un ensemble de démarches visant à motiver les agents. Tous les mois, le maire et l'équipe de direction disposent de graphiques réalisés à partir des fiches de paye, qui montrent l'évolution globale de la masse salariale de la commune par directions et par services. Les graphiques permettent de suivre l'évolution des heures supplémentaires, des équivalents temps plein, et d'estimer le coût des remplacements.
Pour Villiers, cet outil est essentiel : il a permis depuis 2003 d'introduire en amont un système de validation des heures supplémentaires, des embauches et des remplacements. Il donne ainsi de précieuses indications en matière d'économies réalisables, et permet donc à la ville d'améliorer la qualité de ses actions.

Contact : Ville de Villiers-le-Bel, 01 34 29 28 27


Dunkerque Grand Littoral gère en souplesse la trésorerie de ses associations

LA CU de Dunkerque voulait pouvoir déterminer le plus précisément possible la période opportune de versement de ses subventions aux associations. Objectif : une meilleure adéquation entre les besoins de trésorerie de l'association et la préservation de la trésorerie de la collectivité. En clair : ne verser ni trop tôt, ni trop tard ces subventions, le tout, souligne Dunkerque, dans une vision « empathique ».
La démarche a consisté à élaborer et mettre à disposition des associations un modèle de plan de trésorerie tenant compte de la trésorerie réellement disponible de l'association. Est mis à la disposition des agents de la direction des finances en charge du mandatement un outil d'aide à la décision qui rapatrie les éléments du plan de trésorerie produit par l'association et qui permet d'arrêter, en accord avec elle, le montant des versements.
Après plusieurs années d'utilisation, les retours des associations sont favorables. L'utilisation d'un plan de trésorerie permet une gestion plus réactive et plus souple en fonction de besoins de trésorerie qui sont souvent volatils pour les associations. Il permet ainsi en cas de besoin d'avancer la date d'un versement prévu. Les associations en difficulté s'adressent ainsi davantage à la CU.
Ce système permet également de détecter les associations structurellement en difficulté et de d'envisager éventuellement une réévaluation des subventions versées.

Contact : Cédric Sockeel, 03 28 62 70 83


Seyssins : un outil de prospective financière partagé et dynamique

Comment rassembler dans un outil interactif permettant un travail partagé des élus, l'ensemble, des données financières de la commune ? Seyssins a trouvé simplement la solution : en mettant au point un outil qui permet aux élus d'avoir sous les yeux les dépenses courantes, la masse salariale, les investissements, les recettes fiscales, l'évolution de la population, les taux de fiscalité, les emprunts... bref toutes les données nécessaires à une discussion budgétaire éclairée.

C'est la simplicité et la reproductibilité de l'outil qui a séduit le jury : l'outil est en effet réalisé sous tableur Excel et Seyssins le propose déjà à qui veut l'utiliser. Il permet, en temps réel, de tester toute hypothèse de travail et de mesurer sur plusieurs exercices ses impacts sur l'autofinancement, l'endettement, la fiscalité. C'est aussi un outil démocratique puisqu'il permet une visualisation collective par tous les élus des choix financiers et de leurs conséquences. Il a enfin l'avantage de l'adaptabilité puisque la maîtrise de l'outil par la commune permet de faire varier les paramètres autant que de besoin et de mesurer les effets sur chaque année de mandat.
Les moyens à mettre en ½uvre ont été raisonnables, puisque l'outil a été réalisé en interne par les services financiers, assistés du DGS.

Contact : Michel Vergnolle, 04 76 49 94 72