La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

119 €

Circulations douces : ça commence à rouler !

Article du numéro 375 - 01 mars 2009

Boîte à outils

Toujours en queue de peloton par rapport à leurs homologues européennes, les collectivités françaises passent la vitesse supérieure pour favoriser le partage de la voie publique en faveur des modes de déplacements « doux » et inciter les citoyens à délaisser leurs voitures au profit du vélo ou de la marche à pied.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 375

Télécharger cet article en PDF

Avec 10 % des déplacements en vélo, 500 km d'itinéraires, 350 doubles sens cyclables et 1 600 places de stationnement « vélo », Strasbourg figure dans le peloton de tête des villes où la petite reine trouve sa place dans toute la ville, pas seulement dans le centre, et où la voiture ne règne plus en maître. « Notre ambition est d'atteindre 20 % dans les années à ­venir, affiche Alain Jund, adjoint au maire, chargé de l'urbanisme à la ville et du vélo à la communauté urbaine. « Pour atteindre cet objectif, le développement d'aménagements cyclables est certes une condition nécessaire mais pas suffisante. Il passe aussi par une réflexion globale, à l'échelle de la ville sur le partage de l'espace public et le Code de la rue couplée à des actions innovantes » poursuit Alain Jund. Parallèlement à la création annuelle de 10 km d'itinéraires supplémentaires, l'installation de 1 000 arceaux à vélo en plus par an, le développement des doubles sens cyclables dans les zones 30, l'expérimentation du « tourner à droite » au feu rouge. « Nous envisageons également une modification du POS pour diminuer la création de places de stationnement de voiture et augmenter celles réservées aux vélos dans les logements privés ou sociaux, les entreprises, les écoles (4 places par classe). La création de « vélo-écoles » pour changer l'image négative associée à ce moyen de transport auprès des publics jeunes, en insertion, des demandeurs d'emploi. La collectivité elle-même se doit aussi de montrer l'exemple. C'est pourquoi la CUS dispose de mille vélos mis à disposition des agents et des élus pour les déplacements professionnels et des employés pour leurs trajets domicile-travail ». Les petites villes et agglomérations changent elles aussi de braquet pour favoriser la pratique du vélo. La ville de Voiron et le Pays Voironnais ont décidé d'autoriser la circulation des vélos sur certaines voies de bus. Une première étape vers une révision et une amélioration du schéma directeur cyclable dès le printemps 2009 pour mieux favoriser les déplacements à vélo.


Priorité aux vélos et aux piétons

Voiron a également mis en service une des premières « zones de rencontre » en France : la vitesse est limitée à 20 km/h, toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes et les piétons bénéficient de la priorité sur les véhicules sur l'ensemble de la zone. Ce genre d'aménagements n'est pas réalisable sur les grands boulevards, mais il reste un bon compromis dans les zones plus résidentielles. Pour encourager les modes de déplacement doux, les projets Vélobus et Pédibus rencontrent des échos de plus en plus favorables auprès des communes. Au sein de la communauté ­urbaine de Lyon, des plans de déplacements domicile-école (PDDE) prennent la forme de pédibus. Initiés à titre expérimental en 2002 dans deux groupes scolaires, les Pédibus se sont fortement développés sous l'impulsion du Grand Lyon et des associations partenaires comme Pignon sur rue. En 2008, 72 écoles ont développé un PDDE. 146 lignes de Pédibus et quelques lignes de Vélobus permettent à plus de 1 600 enfants de se rendre à l'école à vélo ou à pied. Des initiatives qui, une fois impulsées par les communes avec, souvent, le concours d'associations engagées en faveur des modes de déplacements doux des ­parents, marchent et qui roulent toutes seules !


En chiffres

70 % des accidents corporels se produisent en milieu urbain. En 2007, le vélo représente 3 % du nombre des déplacements dans l'Hexagone contre 27 % aux Pays-Bas, 18 % au Danemark, 10 % en Allemagne et en Belgique. Avec 10 % de déplacements à vélo, voire 30 % en centre-ville, Strasbourg, Bordeaux et Lyon figurent dans le peloton de tête des villes cyclistes françaises. 63 % des déplacements à vélo sont effectués par des hommes. Rouler à vélo est seulement 1,5 à 2 fois plus risqué que le transport en voiture.


Un plan vélo pour le département des Hauts-de-Seine

Le CG 92 a lancé en octobre dernier son « Plan vélo 92 » qui renforce le « Schéma de développement des circulations douces » adopté en 2000 proposant un réseau maillé desservant l'ensemble du territoire. En plus de la création à terme de 175 km de pistes cyclables et du développement d'un système de vélo en libre-service complémentaire de Vélib', ce plan vélo prévoit aussi la création de 100 à 300 stations de garages et abris à vélos fermés et sécurisés « Vél abri 92 » de 50 places. Ces garages seraient implantés à proximité des gares, des zones commerçantes et des lieux de loisir, le coût de chaque abri étant estimé entre 70 000 et 80 000 euros. Ce plan intègre également un volet « sécurité » avec le renforcement des campagnes d'information à destination des automobilistes sur le partage de la voirie et surtout des collégiens. Des modules de formation à la sécurité routière axée sur la pratique du vélo seront mis en place dans les collèges. Un brevet départemental du jeune cycliste sera délivré aux collégiens à l'issue de ces formations, avec un gilet jaune de sécurité et un casque de protection.

Renseignements : Direction des infrastructures des transports, Tél. : 01 47 29 30 31.


Opération « Vélo citoyen en Isère »

Depuis quatre ans, le conseil général soutient « Vélo citoyen », initiative portée par l'Union sportive de l'enseignement du premier degré et la Ligue de l'enseignement. Pendant une quinzaine de jours entre fin avril et mi-mai, environ 1 700 élèves d'une soixantaine de classes parcourent de 25 à 40 km à vélo et relayent un message citoyen. L'objectif de cette initiative originale est d'apprendre à se déplacer en toute sécurité à vélo, mais aussi de sensibiliser ces écoliers aux valeurs de solidarité et de citoyenneté.


Érik Burdet, directeur de la communication
Renseignements : Conseil général de l'Isère - direction de la communication - Tél.: 04 76 00 38 56
Courriel : cg38@cg38.fr


« Piedibus » et « Trottibus », ça marche à Mornant

Véronique Desseigne, responsable du service scolaire.
Contact : scolaire@ville-mornant.fr
Tél. : 04 78 44 97 83


Pour encourager les parents et les enfants à laisser leur voiture au garage lorsqu'ils effectuent le trajet (souvent court) « domicile-école », la municipalité a fait appel à l'association « Pignon sur rue » pour l'aider à lancer, structurer et mettre sur pied le projet « Piedibus ». À l'issue de l'enquête de mobilité lancée fin 2005 et des réunions pour déterminer le tracé des parcours, les horaires d'arrêt et les règles de fonctionnement, la première ligne est lancée au printemps 2006. « Cette expérimentation a été tellement concluante grâce à la motivation des parents que 2 autres nouvelles lignes « Piedibus » - empruntées chacune quotidiennement par 10 à 30 enfants - ont été créées et fonctionnent toujours », commente Véronique Desseigne, responsable du service scolaire. Elle souligne aussi les avantages de ces formules Piedibus : « plus de solidarité, d'entraide et de convivialité entre les familles de la petite ville qui se relayent pour accompagner leurs enfants à l'école ».


Les « tourne à droite » aux feux rouges bientôt testés à la CUB

La communauté urbaine de Bordeaux vient de recevoir le feu vert de principe du MEDAD : les cyclistes pourront prochainement tester le « tourne à droite » au feu rouge sur certains carrefours de la CUB. Au plan national, la communauté urbaine constitue, après Strasbourg, un deuxième territoire d'expérimentation de ce dispositif qui a pour but de sécuriser les déplacements des cyclistes en ville. Cette expérimentation devrait dans un premier temps concerner 5 à 10 carrefours, de configuration différente. Au préalable, une nouvelle signalisation lumineuse - de type jaune clignotant - doit être mise au point, afin d'inciter les cyclistes à la prudence et au respect des piétons. La communauté urbaine roule en tandem avec Vélo-Cité pour promouvoir et développer l'usage des deux roues dans l'agglomération avec une subvention de 21 500 euros. En contrepartie, l'association travaille avec les services de la CUB sur les enjeux de développement des déplacements en deux roues. Elle est notamment consultée pour des aménagements du réseau cyclable, des actions de promotion, de formation et d'éducation de l'usage du vélo.


Renseignements : M. Gauter, ingénieur à la direction opérationnelle voirie
Tél. : 05 56 99 85 59.