La Lettre du cadre territorial

Le magazine des professionnels de la gestion territoriale.

Accueil > Magazines > Lettre du cadre

La Lettre du Cadre Territorial

Un magazine à destination des cadres de la filière administrative qui balaye l'ensemble des questions managériales et décrypte l'actualité dans les domaines RH, finances et juridiques sur un ton impertinent, engagé et incisif.

Ajouter au panier Vous abonner (voir tarif )
(Règlement par CB, chèque bancaire ou mandat administratif)

A partir de :

119 €

Énergies renouvelables : entre économies et écologie

Article du numéro 370 - 01 décembre 2008

Boîte à outils

L'épuisement à venir des sources d'énergie a conduit les collectivités territoriales à s'intéresser aux énergies renouvelables. Soleil, vent ou encore biomasse, elles sont aujourd'hui de plus en plus nombreuses à mettre en place des projets publics ou à subventionner des projets privés garants du respect de l'environnement.

Envoyer cette page à un ami

Soyez le premier à rédiger un commentaire !

Tous les articles du numéro 370

Télécharger cet article en PDF

Une chaudière à bois, une centrale biomasse, un parc solaire... les alternatives à la production d'énergies « classiques » ne manquent pas. Cela n'a pas échappé aux collectivités, de plus en plus nombreuses à lancer des appels à projet de production d'énergies renouvelables. Dans la Nièvre, les élus de la communauté de communes entre Loire et ­forêts ont ainsi décidé d'exploiter la matière première de leur territoire, le bois. « On exploite le bois mais il part ailleurs, explique Fabrice Thévenoux, agent de développement local de la communauté de communes. De plus, les déchets végétaux ne sont pas utilisés. Il n'y a donc pas de ­valorisation de cette matière première. » Pour remédier à cela, les élus ont lancé un appel à projet auquel une entreprise privée a répondu.


La valeur sûre du solaire

Autre énergie facilement exploitable, le solaire fait des émules en France. Des territoires s'engagent dans cette voie, comme le Var, un des départements les plus ensoleillés de France. Un parc solaire privé de huit hectares est ainsi prévu dans la communauté de communes du Comté de Provence, à Brignoles. « Nous souhaitons aller encore plus loin en matière d'énergies renouvelables, précise Jean-Pierre Véran, vice-président chargé des énergies renouvelables et de l'environnement. Nous voudrions également mettre en place des projets de chaudières à bois, de biomasse ou encore de pompes à chaleur qui alimenteraient les établissements publics et les particuliers. » Au conseil général de Seine-Maritime, les élus ont décidé de mettre en place un dispositif de subventions destiné aux exploitants agricoles souhaitant choisir un système d'énergie renouvelable. « Il s'agit de limiter l'empreinte ­environnementale de l'exploitation agricole, note Dominique Chachuat, chef du service agriculture et pêche du conseil général. Les subventions distribuées ne servent pas à privatiser la production d'énergie mais uniquement aux besoins nécessaires de l'exploitant. » Puisant dans les ressources naturelles des territoires tout en respectant l'environnement, ces projets ont aussi l'avantage d'être une source financière importante pour les collectivités.


Un parc solaire de huit hectares à Brignoles

Jean-Pierre Véran, vice-président chargé des énergies renouvelables et de l'environnement

S'investissant dans les énergies renouvelables et le développement durable, la communauté de communes du Comté de Provence, au c½ur du Var, a signé un bail emphytéotique avec Solaire direct, une entreprise privée spécialisée dans les centrales photovoltaïques. La centrale devrait voir le jour d'ici fin 2009 ou 2010. Installée sur la zone d'activités Nicopolis, elle s'étendra sur huit hectares. Un partenariat a été passé entre les deux entités. La société s'est ainsi engagée à mettre en place des actions de promotion en faveur de l'énergie renouvelable sur le territoire de la communauté de communes. En outre, la production d'électricité alimentera une partie des habitants de Brignoles. Enfin, d'un point de vue économique, l'intercommunalité, forte de 13 communes et 35 000 habitants est gagnante, puisque viennent s'ajouter à la taxe professionnelle les loyers versés par la société.


Contact : Jean-Pierre Véran, 04 98 05 27 10
Internet : http://www.cc-comtedeprovence.fr


Un paysage idyllique ?

Sans parler du lobby de leurs opposants épidermiques, les éoliennes ne sont peut-être pas aussi bonnes que ça pour l'environnement. Le vent ne soufflant en effet pas tous les jours, leur multiplication entraînerait celle des centrales thermiques (à charbon ou au fuel) pour prendre le relais lors des journées sans vent...


La première unité de cogénération de biomasse...

Fabrice Thévenoux, Agent de développement, communauté de communes entre Loire et forêts... de Bourgogne sera dans la Nièvre


Projet privé, la centrale de production d'électricité et de chaleur alimentée par la biomasse verra le jour sur le territoire de la communauté de communes entre Loire et forêts, reconnu Pôle d'excellence rural en 2006. Sélectionné à la suite de l'appel à projet du ministère de l'Écologie, la société Biomelec construira sa centrale d'ici juin 2010, date limite de mise en service décidée par la commission de régulation de l'énergie.


D'un montant de 55 millions d'euros, le projet comprend une centrale cogénération et des serres de production de granulés bois et horticoles.La communauté de communes ne subventionne pas le projet, mais elle a acquis une parcelle de 20 hectares pour en revendre une partie à l'entreprise. Enfin, elle se chargera de l'accès à la voirie, du réseau, etc. Les retombées économiques ne sont pas des moindres : la TP viendra alimenter les caisses de la CC et près de 120 emplois devraient être créés.


Contact : Fabrice Thévenoux, 03 86 50 97 01


Des aides individuelles en Seine-Maritime

Dominique Chachuat, chef du service agriculture et pêcheau conseil général de Seine-Maritime

Afin de valoriser les énergies renouvelables en agriculture, le conseil général de Seine-Maritime a mis en place en 2007 un dispositif de soutien financier aux exploitants agricoles souhaitant mettre en place leur propre système. En 2007, quatorze projets ont ainsi été financés par le CG. Panneaux solaires, chaudières biomasses, éoliennes ou encore production de miscanthus *, les projets sont en cours d'achèvement. Preuve du succès de l'opération, le CG a reçu beaucoup plus de dossiers en 2008. Ne pouvant subventionner tous ces projets, le département a mis en place une grille d'évaluation avec une dizaine de critères, telle que la nature du projet, l'impact environnemental ou encore la nature pérenne de la ressource. Sont retenus les exploitants qui obtiennent les notes les plus élevées. Le dispositif sera reconduit en 2009. Par ailleurs, l'installation de panneaux photovoltaïques étant très sollicitée par les exploitants agricoles, le CG réfléchit à une aide plus « classique » à mettre en place pour ces projets.
* Plante herbacée notamment utilisée dans la fabrication du biocarburant.


Contact : Dominique Chachuat, 02 35 03 55 68
Internet : http://www.seinemaritime.net/